Suivez Nous

Manger le placenta mythe ou réalité

100pour100culture | | Santé et Bien-être

Le placenta est un organe qui se forme dans le sein de la femme quand elle est en grossesse. Le placenta protège le fœtus tout au long de la grossesse, il permet au fœtus de puiser les nutriments nécessaires pour sa croissance, mais après l’accouchement il ne sert plus à rien.  En principe il devrait être détruit, mais certains peuples pensent qu’il faut le conserver pour le consommer.

Le placenta dans certaines cultures ne doit pas être jeté après l’accouchement. En Afrique chez les ivoiriens, les burkinabés, les maliens…, le placenta est comme un enfant qui vient de naitre on le garde au chaud dans un canari puis on l’enterre en lieu sûr.

« Chez les Béninois c’est le père uniquement qui est habilité à enterrer le placenta », a confié le prêtre vaudou du Bénin selon nos sources.

Aux Etats-Unis par contre, c’est devenu un effet de mode le fait de consommer le placenta et cela depuis ces dernières années. Ce phénomène est aussi vécu en chine. Les Chinois disent que cet organe renferme assez de vertus tant sur la santé et tant sur l’esthétique.

Pour eux la consommation du placenta rend l’accouchement plus facile en plus, cela favorise le rajeunissement des cellules. C’est ce qui explique la beauté de l’impératrice chinoise malgré son âge.

Scientifiquement, la médecine n’a trouvé aucun effet sur la santé, mais elle avoue qu’il y a quelques effets positifs sur la santé, mais des effets très négligeables.

Les Français par contre n’adhèrent pas à cette pratique. Chez eux après l’accouchement, ce sont les agents de la santé qui sont chargés de détruire le placenta et la famille de la concernée n’a même pas le droit d’avoir accès.

 

Isabelle ADOH

Mots-clefs :