Suivez Nous

Maléna : Du zouk depuis la Canebière

Atse Ncho De Brignan | | Musique

-

Elle est peu connue, mais sa voix retentit très souvent dans les discothèques, sur la bande FM ou encore les web-radios. Elle, c’est Maléna, une nouvelle voix du zouk qui fait désormais parler d’elle. Née à Marseille de parents martiniquais, Maléna contracte le virus de la chanson par l’intermédiaire de Fanie, sa grand-mère aveugle, à qui elle a dédie un titre en 2005.
Auteure d’un album en 2005 et de plusieurs chansons éparpillées un peu partout dans les albums de compilation zouk, la nouvelle voix du zouk revient avec une nouvelle ballade musicale « Via West Indies » extraite des compilations Zouk soca dancehall ou Love story vol. 2. Cette chanson qui rend hommage aux West Indies donne un avant goût de sa personnalité : ensoleillée, nostalgique et magique.
Rencontrée sur son site perso www.myspace.com/fandemalena , cette jeune pousse de la chanson antillaise évoque ci-dessous les souvenirs de ses chansons et les contextes dans lesquels elles ont été composées.

“Si jeune”, duo avec Patrick MATAU :
C’est un pied à l’étrier, un régal, un tel plaisir cette chanson avec Patrick, la rencontre tant attendue qui confirme l’idée !!! Chanter et toujours chanter !!! Découverte du son « studio » et de sa magie. C’est aussi avec cette chanson que j’ai rencontré Thierry DELANNAY, qui est un des plus « grand » de la musique zouk actuelle et future.

“Pourquoi vivre ça” extraite de la compilation tendance 9
Une superbe chanson rythmée avec des accords country. En plus, le texte est très « vrai » ; pourquoi vivre dans l’indifférence, la méchanceté ou la douleur ? Avec cette chanson, j’ai passé un très bon moment avec Milca et Thierry DELANNAY.

“Je ne voudrai pas” & “Fanie” extraites de son album solo en 2005
Composées à 4 heures du matin en faisant le café (lol). Je pense que pour toute jeune fille, femme, dame etc a peut-être pu dire un jour, très fortement « je ne voudrai pas d’un amour d’un soir » car comme toutes les femmes, nous voulons la même chose : un amour vrai, sincère. Cette chanson est un peu une chanson « féministe », une chanson de la solidarité féminine.
Fanie, c’est mon titre fétiche. C’est ma grand-mère ! Une femme magnifique qui avait toujours le sourire. Maintenant qu’elle n’est plus avec moi, je me remémore souvent les souvenirs que j’ai avec elle. Lorsque je me plains pour un rien, un kilo en trop, d’un manque de temps pour le brushing. Je me dis, Fanie était aveugle… En permanence, dans le noir et pourtant toujours gaie sans se plaindre à longueur de journée alors qu’elle avait de quoi. C’est elle qui m’a donné sûrement cette envie de chanter qui ne se tarie pas. Fanie, c’était une grande pâtissière d’antan de Vauclin en Martinique.

“Via West Indies” nouvelle chanson extraite des compilations zouk soca dancehall, Zouk 40° ou encore Love story volume 2
Mon cœur s’arrête de se battre au moment où la porte de l’avion se referme et qui m’enlève de mon île, la Martinique. Je sais, je ne suis pas comme on dit une « native  », mais j’ai comme l’impression que mes fonctions vitales sont là-bas. Mais, attention, je n’oublie pas ma ville Marseille que j’adore… Une ville qui brille par ce mélange de peuple, de culture. Idéal, c’est de mélanger tous mes coins préférés : la Bonne mère sous les cocotiers, la Canebière sous le zouk, M & M (pas les chocolats) !!! Masillia et Madinina ou plutôt Madinina et Masillia. Les premiers retours de la réaction sur la chanson sont plutôt bons. OUF ! De la chanson sur la Martinique, je me suis rendue compte que toute personne qui a connu une perte de quelque chose qui lui est cher se reconnaît facilement. Je suis heureuse en tout cas que mon écriture plaise. Juste un grand merci à Pascal EVENTS (il sait la raison) et l’équipe d’enfer de chez Wagram.
Née d’un père guyanais et d’une mère martiniquaise, Maléna est une jeune chanteuse trentenaire. Elle passe la majeure partie de son enfance à Marseille, dans la Canebière. Ville française reconnue pour son métissage culturel, Maléna a choisi de mettre son art (la chanson) au service de ce pluralisme culturel, à travers sa langue créole. Sa musique est imprégnée d’un mélange délicat de variété française et de R&B sous une influence pop.
Déjà toute petite, elle recevait de ses parents ses premiers 45 tours en récompense d’une bonne note à l’école, qu’elle écoutait jusqu’à ce que ces vinyles soient rayés. Pour elle, c’était déjà la musique à la vie, à la mort. Et c’est sur les tubes de Whitney Houston ou encore Céline Dion qu’elle a pris conscience que la voix peut être un instrument au même titre qu’un piano ou une guitare.
Motivée par sa grand-mère Fanie (une non-voyante à qui elle a dédié un de ses titres), elle écrit ses premières chansons. Ses textes sont salués et aimés du grand public. Après quelques participations à des albums de compilation, elle réalise son rêve en sortant son premier opus, commercialisé sous le nom de Maléna Rio. Un CD de très belle facture intitulé « Fashion de penser », sorti en 2005. Un véritable « mix » musical avec le titre phare « Je ne voudrai pas » qui connut un succès public dans le milieu de la musique tropicale. C’est du pur son « Zouk love » avec un refrain digne des chansons des stars de zouk comme Jane Fostin, Perle Lama ou des Déesses. De cet album, d’autres titres comme « Faché faw’defache » ou encore « Fanie » sont là comme un trait pour souligner que la langue créole peut aussi être actuelle et fédératrice ; une langue qui sert également de train d’union entre différents peuples !
Cet été, Maléna R a présenté à son public sa nouvelle chanson « Via west Indies » qui est comme un avant goût de l’album qu’elle prépare actuellement. Commercialisée dans différentes compilations dont Zouk 40° sortie chez wagram, cette chanson est un concept nouveau à défendre pour Maléna. Le refrain dit : « Et la porte de l’avion s’est refermée, et je te regarde et je pleure à tes côtés… ». Vous avez bien compris, cette chanson est un hommage à toutes les personnes qui habitent loin de chez elles, éloignées des siens par la force des choses. C’est cette nostalgie de « là-bas » qui se transforme en texte musical chez Maléna comme elle sait si bien le faire. Par ce talent, elle illumine la musique zouk depuis la Canebière. Découvrez ses chansons sur sa page myspace www.myspace.com/fandemalena