Suivez Nous

Eminem ressuscite Slim Shady dans « Houdini » : un retour explosif et provocateur

Alexandre Martin | | Musique

La légende du rap Eminem est de retour avec un nouveau single et clip, « Houdini », dévoilé ce 31 mai. Cette sortie marque le retour de son alter ego provocateur, Slim Shady, dans une vidéo mêlant nostalgie et critique acerbe de l’époque actuelle.

« Guess who’s back? » : un voyage dans le passé d’Eminem

Le clip de « Houdini » est un véritable flashback sur la carrière d’Eminem, reprenant des éléments emblématiques de ses anciens succès. Dès les premières secondes, il reprend le célèbre « Guess who’s back? » de la chanson « Without Me », et invite de nombreuses célébrités à faire des apparitions, dont 50 Cent, Dr. Dre et Snoop Dogg.

« Cancel me » : une critique cinglante de 2024 et de la « cancel culture »

Sous couvert de nostalgie, Eminem s’en prend violemment à l’année 2024 et à la culture actuelle. Il dénonce la « cancel culture » et les limites imposées à la liberté d’expression, tout en multipliant les provocations. « Je vais faire disparaître ma carrière », annonce-t-il dans une vidéo promotionnelle, assumant pleinement le caractère polémique de son retour.

Lire aussi: Eminem, la grosse surprise à la 92e cérémonie des oscars

Les paroles de la chanson sont controversées, avec des attaques contre les personnes transgenres, l’identité de genre et d’autres figures publiques. « Fuck my own kids, they’re brats » (J’emmerde mes enfants, ce sont des petits cons ), rappe-t-il, provoquant une nouvelle fois l’indignation.

Un album à venir cet été

« Houdini » est le premier extrait du nouvel album d’Eminem, « The Death of Slim Shady », dont la sortie est prévue pour l’été 2024. Ce retour explosif promet de susciter de nombreux débats et de marquer l’actualité musicale.

« Hey Em, c’est Paul. J’ai écouté l’album… Mon Dieu, c’est pas possible, tu es tout seul sur ce coup », lance son manager Paul Rosenberg dans le clip, laissant présager un album encore plus provocateur que ce premier single.

Alexandre Martin

Mots-clefs : , ,