Suivez Nous

Benedicte Tollah « Poser nue ne me pose pas de problème « 

Raymond Alex Loukou | | Mode

-

C’ est sûr que Bénédicte Tollah n’ a pas l’ aura et la prestance de Naomi Campbell mais à force de travail elle espère être aussi célèbre que le mannequin international qui fait la Une de tous les magazines people. D’ origine nigériane, Bénédicte est née en Côte d’ Ivoire où elle a fait toutes ses études jusqu’ au BTS ( Communication ). Passionnée de mode et du T, elle promène sa fine silhouette là où la mode est en fête. C’ est en 2008 qu’ elle a véritablement mis les pieds dans cet univers de strass et paillettes. Juchée sur ses 1m 80 avec un poids de 50 kg, Miss Bénédicte garde la tête sur les épaules même si elle nourrit de grandes ambitions pour ce métier. Elle est prête à tout pour tenter une carrière internationale même en posant…nue. Découvrons ce futur top model qui n’ a pas la langue dans sa…jupe.

Qu’ est ce qui vous a porté vers ce métier?
J’ ai, depuis la tendre enfance adoré la mode, les vêtements, les chaussures etc…Je me suis donc dis pourquoi ne pas mettre en valeur les tenues des stylistes en étant mannequin, voilà comment c’est venu !

Vous disposez d’ atouts certains pour faire carrière dans ce métier?
Oui je le pense. J’ ai une bonne taille, une belle forme et un charisme certain pour éclore dans ce métier.

Pourtant vous avez des années d’ expérience et ce n’ est pas encore le grand décollage. Cela est dû à quoi?
Oui ! effectivement j’ ai trois ans d’ expérience dans ce métier mais ce n’ est pas encore le grand succès. Peut-être que mon heure n’ a pas encore sonné. Je suis croyante et je sais que tout ce qui vient de Dieu aboutit quelque soit l’ époque. Soyez rassurés, vous entendrez parlé de moi un jour ( rires )

Pensez-vous que le relationnel et la chance jouent tiennent une place capitale dans ce métier?
Oui le relationnel et la chance jouent un rôle important dans ce métier. Cela te permet d’ être bien connu. Par un coup de pouce ou un coup de chance le succès peut frapper à ta porte. Cela dit, on ne doit pas perdre de vue que c’est un métier qui s’ apprend et qui obéit à des règles. Il faut les suivre pour espérer voir le travail couronné de succès. C’ est un travail de longue haleine.

Selon toi, quelles sont les qualités d’ un bon mannequin?
Un bon mannequin doit avoir une bonne prestance, un charisme indéniable et une bonne moralité.

Les mauvaises langues ont toujours affirmé que ce métier est un raccourci pour se faire une place au soleil. Qu’ en pensez-vous?
( pensive ) Pas forcement ! c’ est vrai qu’ on peut se faire une place au soleil en pratiquant ce métier mais il faut surtout se battre, chercher toujours des contrats, être en contact permanent avec les stylistes. C’ est facile de juger du dehors, il faut être dedans pour mieux en comprendre les contours.

Généralement comment vous contacte t-on pour un défilé?
On me contacte en free-lance pour les défilés et lorsqu’ il y a des casting j’ y participe. Si je suis retenu, je défile.

Est-il plus facile de défiler en free-lance ou avec une agence?
Il est plus facile de travailler en free-lance qu’ avec une agence.

Quelles sont les contraintes quand on travaille pour une agence?
Les contraintes sont énormes quand on bosse pour une agence. Tu dois payer les pourcentage de l’ agence quand tu décroches un contrat. Il faut toujours avertir l’ agence avant de participer à un défilé. Tu peux attendre longtemps avant de décrocher un contrat.

Mais une agence peut également contribuer à asseoir votre notoriété…
C’ est vrai ! Quand une agence est connue, voire reconnue, elle trouve de bons contrats à cause de sa notoriété. En fait sa notoriété établit de facto celle du mannequin.

Quels sont les grands rendez-vous de mode auxquels vous aviez participé?
J’ ai participé à Yéhé,  à Tendance Party et au Fespaco. Tous ces évènements exclusivement consacrés à la mode surtout les deux premiers,ont été une occasion moi pour montrer mes atouts.

Défiler pour un styliste de renom vous confère t-il de la notoriété?
Bien sûr ! c’ est comme un passeport pour défiler pour d’ autres stylistes de renom.

Quel est votre plus beau souvenir dans ce métier?
Mon plus beau souvenir c’ est d’ avoir défilé au cours de l’ évènement de mode national et sous régional consacré à la mode. J’ ai parcouru le T avec joie et assurance devant un parterre de d’ invités. Je n’ ai pas boudé mon plaisir ; ça été un moment fort !

Le plus mauvais?
Mon plus mauvais souvenir c’ est d’ avoir échoué au casting de TOP EBENE, un concours de mannequins. Pourtant j’ étais apprécié par tous. ça été un mauvais coup mais j’ ai vite digéré.

Faites-vous de la publicité à côté du mannequinat?
Non pas encore mais je compte en faire bientôt.

Etes-vous prête à poser nue pour le métier, par plaisir ou pour une cause humanitaire?
Oui, je suis prête à poser nue pour le métier mais également pour une cause humanitaire.

Etes-vous prête à tenter une carrière internationale à n’ importe quel prix?
( sourires ) Bien entendu ! Je suis prête à tenter une carrière internationale à n’ importe quel prix.

Quel est votre modèle en matière de mannequin?
Naomi Campbell.

Comment entrevoyez-vous votre future carrière?
Je ne compte pas faire carrière aussi longtemps dans le mannequinat. Je voudrais plutôt me consacrer à la publicité.

Un appel à l’ endroit des agences qui hésitent encore à solliciter vos services…
Sans me glorifier, je peux dire que je serai à la hauteur. C’ est vrai que je suis en free-lance mais il n’ empêche qu’ elles peuvent me solliciter pour des défilés et des publicités.
Je suis prête à relever les défis.