Suivez Nous

Radio Parole de vie (www.radio-paroledevie.org) « Les lundis de Ngilozi» pour dire non à la « monoculture »

Firmin Koto | | Média

-
L’idée de « LES LUNDIS DE NGILOZI » la nouvelle émission de Christine Avignon sur la Radio Parole de vie (www.radio-paroledevie.org) est de mélanger l’ici et l’ailleurs, de faire découvrir aussi bien des artistes et des acteurs de la vie locale, que des artistes africains ou antillais. De mélanger le jazz, le reggae et la musique classique. De donner à chacun de ses invités l’occasion de faire découvrir les musiques qui les touchent.

Le générique de l’émission est une chanson de Bob Marley, « Babylon System », qui commence ainsi : « We refuse to be, what you wanted us to be / We are what we are » (Nous refusons d’être ce que vous voulez que nous soyons / Nous sommes ce que nous sommes). C’est un peu la devise de l annimatrice qui se bats contre cette « Monoculture », qui faisait si peur à Claude Lévi-Strauss. Il y a tant de musiques magnifiques à découvrir, qui malheureusement ne passent jamais sur les ondes. J’avais envie de leur rendre justice, de faire découvrir aux auditeurs des artistes qu’ils n’ont pas
l’habitude d’entendre à la radio, qu’ils ne voient jamais à la télé… Mais comme nous avons tous nos préférences, j’ai pensé que ce pourrait être intéressant de demander à chacun de mes invités de choisir trois morceaux qui ponctueront son interview. C’est aussi un moyen de rendre l’invité actif,
de l’impliquer dans la préparation de l’émission. Aujourd’hui trop de gens vont à la radio ou à la télé comme s’ils allaient faire leurs courses, ou plutôt comme s’ils allaient vendre un produit, or j’avais envie de créer une émission fondée sur la découverte et le partage”explique t-elle.

Originaire d’un petit village de la Sarthe, Christine Avignon rêve dès son plus jeune âge de devenir « grand reporter ». Pendant ses années d’études à l’Université du Mans, elle est correspondante locale pour le journal Ouest-France, participe à divers fanzines, et anime une émission sur la photo et le cinéma pour une radio locale. En 1996, ayant échoué aux concours d’entrée de plusieurs écoles de journalisme, elle décide de partir enseigner le français à l’étranger.

Ce sera le début d’un long périple d’une dizaine d’années qui la mènera en Hongrie, au Brésil et au Swaziland, trois pays où elle continue toujours à écrire et à faire de la photo pour des journaux locaux, en parallèle à son activité de formatrice. De retour en France en 2007, elle décide de revenir
à ses premières amours et abandonne provisoirement l’enseignement pour se consacrer uniquement au journalisme et à la photo. Ses articles mettent en avant des artistes africains, aussi bien dans le domaine du cinéma, du théâtre et de la musique (reggae), que dans celui des arts plastiques. Rendez-vous donc tout les lundi de 16 à 17 heures avec « Les lundi de Ngilozi», une emission qui fait déjà bien parler d’elle.