Suivez Nous

Garo Hasbanian : “Arafat est un artiste qui mérite d’être célébré pour la réconciliation en Côte d’Ivoire”

Raymond Alex Loukou | | Exclusivité

Revoici Garo Hasbanian ! L’homme a porté en Côte d’Ivoire l’art de la coiffure au sommet et à l’international dans les années 80 et 90. Il s’était délocalisé en France tout en lançant sur les bords de la lagune Ebrié une marque de produit cosmétique sous son propre label. Retiré au Liban depuis quelques années, il est lui aussi touché par le drame planétaire qui secoue les ivoiriens avec la mort de Dj Arafat car avec Huon Pierre alias Wompy, chacun jouant sa partition, ils ont écrit en lettres d’or l’histoire de Miss Côte d’Ivoire. C’est en souvenir du père qu’il se propose de dédier une médaille au fils…Interview exclusive.

 

Depuis combien d’années vivez-vous au Liban ?

Je voudrais tout d’abord saluer fraternellement mes frères ivoiriens. Je suis présentement à Beyrouth pour des raisons personnelles. N’empêche que je suis présent à Abidjan de par mes activités professionnelles qui gérées par mon fils Gregory qui me représente valablement.

 

Qu’avez-vous ressenti à l’annonce du décès de Dj Arafat ?

J’ai ressenti cela comme un véritable choc. Pour la famille, j’imagine que ça été une tragédie. Je saisi l’occasion pour présenter mes sincères condoléances à la famille éplorée. J’imagine la souffrance de sa mère Tina Glamour et de toutes les personnes qui lui sont proches, les fans et la nation entière.

 

Qu’est-ce que Dj Arafat représentait pour vous ?

L’ayant connu pendant son enfance, je savais qu’il avait un caractère bien trempé. Je suivais son parcours artistique en crescendo. Il a des talents de chanteur. Dans l’une de ses chansons, il a même cité mon nom. Il a eu une renommée en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans le reste du monde. Dans le coupé-décalé il était précurseur d’un style particulier.

 

Quel souvenir gardez-vous de lui ?

L’ayant côtoyé tout jeune chez son père Huon Pierre alias Wompy, je peux dire qu’à l’époque déjà, il avait de la personnalité, de la sensibilité et du charisme. C’était un jeune “rebelle” très attachant qui aimait la vie.

 

Aujourd’hui par des circonstances tragiques de la vie, vous avez décidé de lui rendre hommage. Pouvez-vous nous décrire cette médaille à lui réservée ?

Je tiens à rappeler à toutes fins utiles que le projet de réalisation de la médaille nous l’ avons entamé il y a deux mois ( avant le décès ) avec des artistes-bijoutiers aux qualités professionnelles reconnues. Chaque étape était supervisée par un technicien assermenté appelé Hovig Demerdjian. La médaille elle-même n’est pas en or pur. Le cuivre qui constitue la base a une épaisseur de 150 mm. Elle pèse environ 250 g avec la chaîne incrustée de Zircone qui est une imitation de diamant. Elle est faite de 461 unités de pièces placées une à une sur le nom Dj Arafat. La carte de la Côte d’Ivoire tourne comme une roulette ou une horloge. Les 8 abréviations DJ autour du médaillon représente les grandes villes de la Côte d’Ivoire. Le tout uniformisé par les couleurs de ces différentes matières et trempé dans l’or bouillant. Cette pièce de médaillon est une œuvre artistique.

 

A qui dédiez-vous cette médaille ?

Feu Félix Houphouët-Boigny disait ceci ; “On ne refuse jamais ce qui vient du cœur”. Je pensais offrir ces objets dès mon retour à Abidjan à Dj Arafat et à Dj Serge Beynaud pour réconcilier les deux artistes talentueux. Je pensais pouvoir porter ma pierre à l’édifice malheureusement le destin en a décidé autrement. Je profite de cette tribune pour demander à vous journalistes de me suggérer la procédure la plus appropriée à suivre pour que cette médaille connaisse une destination heureuse. Je suis donc en attente de vos propositions. Comme le disait le sage Lao- Tseu : “La gentillesse dans les mots suscite la confiance. La gentillesse dans la pensée crée la profondeur et la gentillesse dans les actes engendre l’amour “.

 

Votre mot de fin.

Combien de fois c’est regrettable que mon rêve d’honorer l’artiste de son vivant s’est envolé. Mais je vis dans l’espoir d’un lendemain meilleur. Je crois aux gens de bonne volonté. J’imagine de voir ces deux artistes de talents (Beynaud et Arafat) jouer sur la même scène. Mieux, faire un duo. Cela me rappelle l’époque où j’avais osé faire jouer Reine Pélagie et Aïcha Koné sur la même scène à l’ occasion du concours Miss Côte d’ Ivoire pour l’ amour de la nation devant le public pour le bonheur et la paix en Côte d’ Ivoire.

 

Raymond Alex LOUKOU