Suivez Nous

France : L’autrice Marie-Hélène Lafon remporte le prix Renaudot 2020

Arsene DOUBLE | | Exclusivité

Marie-Hélène Lafon, autrice française

Ce lundi 30 novembre 2020, Marie-Hélène Lafon a reçu le prix Renaudot 2020 pour son livre “Histoire du fils“ paru aux éditions Buchet-Chastel. L’autrice française de 58 ans succède ainsi à Sylvain Tesson, lauréat en 2019, pour son roman “La panthère des neiges“.

 

Le prix Renaudot 2020 a été décerné à Marie-Hélène Lafon pour son livre “Histoire du fils“ paru aux éditions Buchet-Chastel. Autrice de 58 ans originaire d’Aurillac, Marie-Hélène Lafon est aussi professeur de lettres classiques à Paris. Peu connue du grand public, elle a déjà 13 romans à son actif parmi lesquels “L’Annonce“, publié en 2009, et notamment adapté en téléfilm avec Alice Taglioni et Eric Caravaca pour Arte en 2015.

La quinquagénaire, Marie-Hélène Lafon fait vivre une langue pure et riche. Et son roman avait été déjà remarqué de nombreux jurys littéraires en cette rentrée, remportant au passage le prix des librairies de Nancy en septembre. Le personnage principal de “Histoire du fils“ , André, élevé par sa tante, perce un secret de famille en explorant sa généalogie.

Le fils, c’est André. La mère, c’est Gabrielle. Le père est inconnu. André est élevé par Hélène, la sœur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines. Chaque été, il retrouve Gabrielle qui vient passer ses vacances en famille. Entre Figeac, dans le Lot, Chanterelle ou Aurillac, dans le Cantal, et Paris,

“Histoire du fils“ sonde le cœur d’une famille, ses bonheurs ordinaires et ses vertiges les plus profonds, ceux qui creusent des galeries dans les vies, sous les silences.

Initialement prévue le 10 novembre, la cérémonie de remise du prix Renaudot avait été décalée en signe de soutien aux librairies, considérées comme des commerces “non essentiels” et donc contraintes à la fermeture au cours de ce deuxième confinement. Le Goncourt, annoncé ce même jour, a lui aussi préféré attendre la réouverture des librairies.

Arsène DOUBLE

Mots-clefs : , ,