Suivez Nous

Edito A pourrir de charme

Firmin Koto | | Edito

firmin koto
Prêtez-moi le sourire de Isabelle Anoh, la petite ‘‘Tendance’’ au parfum aquatique en provenance d’une baie lagunaire qui serpente à travers le Pays Ebrié. Sourire malin qui cache bien la personnalité de cette haute Dame des vestiaires de la mode, dont la caméra traque sans cesse les dessous des ‘‘ T ’’ et des Mannequins. La chasseuse de linge cache bien le sien à travers une intelligence tyrannique qui vole de Concept à Podium et de Mannequin à Créateur. ‘‘Tendance Party’’, comme pour désigner la Boom, festival de Son, de Musique et de Rythmes sauvages abruptement soutenus par des pas volages de danseurs trapus, transpirant sur des scènes trop éclairés. Mille projecteurs pour la danse d’Afrique, la danse qui dit Afrique ici et là dans ce monde globalisant où l’Afrique est en quête d’une place à la tribune d’honneur. Le temps de la gloire !
La Gloire n’est pas orpheline. Ce n’est pas de la Magie. C’est un Système dont l’application consciente et intelligente conduit inéluctablement aux Awards tant convoités. Magic System en course pour les Grammy ? Tapez leur le dos, ils iront plus vite. Au pas de course. Ces ‘‘Gaous’’ de première qui filent leur Zouglou par delà la planète. Petites chansons marrantes sur des airs guillerets qui ne laissent personne indifférents. Petit style rythmique, parfumé aux ‘‘Afriques’’ éternelles des hauts faits et des hautes gens ! Souvenirs !
Souvenir des temps de mémoire ! Quand Chaka ressuscite, c’est pour mourir dans un Amphithéâtre de l’université de Paris 3. Et même si cela suscite de la polémique, c’est juste pour alimenter l’histoire qui retiendra à travers l’exhumation du nom Chaka, l’éternité des grands symboles du continent.

Ces symboles spoliés de leurs valeurs, vidés de leurs contenus sacrés, posent aujourd’hui la problématique de l’identité africaine, sujette à tous les débats, à toutes les théories, des plus farfelues aux plus farfelues. Cheick Fantamady Camara, caméra éteinte, nous en parle dans un discours qui en dit long sur notre responsabilité d’Africains mineurs, en quête d’une majorité spirituelle qui nous échappe constamment.

Afrique ! La diaspora des révoltés ; personnages entêtés qui décrient les aujourd’hui les règles du jeu auquel leurs parents ont librement (?) souscrit par le passé de braise, aux temps de l’obéissance et de la soumission sans faille au conquérant. ‘‘Les blancs m’ont refilé un Dieu moribond’’, écrit Gaston Kelman dans son nouvel essai. L’écrivain franco camerounais qui ‘‘est noir et qui n’aime pas le manioc’’, s’interroge et interpelle notre conscience collective sur les abus du système occidental. C’est une gifle à notre intelligence. Un flash sorti de l’appareil de Nasrine Safa, photographe Sénégalaise qui pose dans ces colonnes, sa carte d’identité professionnelle. Pause photo et flash sous le doux soleil des Caraïbes, les sables sous les pieds chauds et le vent qui murmure à l’oreille, les paroles mélodieuses de Léïla Chicot, la chanteuse ‘‘cocotier’’. En fond sonore… deux Single de Monique Séka !
Show Time ! C’est 100% Culture. On en parlera en 2008.
2008 qui bouge, qui bouge comme un Bal poussière au Carnaval de Brasilia.

100% Culture qui bouge et qui pousse comme un gamin bien nourri. Premier anniversaire en avril 2008. Au menu : le Gala de votre journal. 100% Culture Gala, au cours duquel seront décernés les ‘‘100% Culture Awards’’. Il s’agit de récompenser les Afro-européens qui oeuvrent à la promotion de la culture africaine. Pour cette édition, les candidats déjà en lice seront connus dans quelques semaines. Puis, ils seront soumis au vote du public sur le site de 100% Culture. Alors, Rendez-vous à Stockholm, au Gala, pour connaître les lauréats.
Show Time ! C’est 100% Culture. En 2008, on en parlera… toujours. Bonne année.