Suivez Nous

Édito : À l’ancienne…

Firmin Koto | | Edito

firmin koto


Retourner aux sources. Il se pourrait que tout en dépende. Si tel était le cas, il nous faudrait donc rendre nos hommages à deux dames au moins (si non plus). L’une fait la couverture de votre magazine préféré en ce mois joyeux de juin. Un coup d’œil sur la photo suffit pour comprendre l’afro pessimisme n’est pas son genre. Rien de tel qu’une coupe « Afro » pour vous replonger dans les années seventies, années de la « Black & Proud » attitude. Eugénie Diecky est femme de média. Elle est jeune, belle et passionnée par son travail. Journaliste de profession, elle contribue chaque jour à l’indispensable éveil des peuples d’Afrique. L’histoire de son engagement est sans aucun doute un exemple à partager…

La seconde dame à qui nous devons notre hommage ce mois-ci s’appelle Nyamko Sabuni. Cette jeune ministre suédois aux origines bien africaines a bon goût. Dans une interview qu’elle nous a accordé dans notre édition du mois en cours elle invite, indirectement certes, les consommateurs de culture à faire attention à l’essentiel : « Je suis […] plus sensible aux motifs africains et aux danses africaines pleines d’entrain. », avoue-t-elle. Si vous associez les « danses africaines pleines d’entrain » et « l’Afro cut », vous avez de quoi remonter le temps de trente années au moins, ce qui ressemble fort à un sérieux exutoire si l’on s’en tient à la grisaille actuelle. Bon appétit!