Suivez Nous

Augure : le film qui réinvente le réalisme magique au Congo

Rachelle Tape | | Cinéma

Le premier long métrage du rappeur et artiste belgo-congolais Baloji, Augure, est sorti mercredi 29 novembre 2023 dans les salles françaises. Primé à Cannes et en lice pour les Oscars, ce film nous plonge dans un univers où la sorcellerie, la violence et la rédemption se côtoient.

Augure, c’est l’histoire de Koffi, un Congolais qui revient dans son pays natal après 15 ans d’absence, accompagné de sa femme Alice, enceinte. Mais ce retour n’est pas le bienvenu : sa famille le considère comme un sorcier, responsable de tous leurs malheurs. Koffi va alors croiser le chemin de trois autres personnages qui, comme lui, cherchent à se libérer du poids des croyances et de leur destinée. Seule l’entraide et la réconciliation leur permettront de se détacher de la malédiction qui les touche.

Avec Augure, Baloji signe un film audacieux et poétique, qui mêle le réalisme social et le fantastique. Le réalisateur s’inspire du réalisme magique, un courant littéraire né en Amérique latine, qui consiste à introduire des éléments surnaturels dans un contexte réaliste. Ainsi, le film nous fait découvrir les pratiques occultes du Congo, comme le ndoki, la sorcellerie qui se transmet par le sang, ou le biloko, les esprits de la forêt qui se nourrissent des humains. Baloji utilise ces éléments pour créer des scènes visuellement impressionnantes, où la lumière, le son et les couleurs jouent un rôle essentiel.

Mais Augure n’est pas seulement un film fantastique, c’est aussi un film qui parle de la réalité du Congo, un pays marqué par la colonisation, la guerre, la corruption et la pauvreté. Le film aborde des thèmes comme l’identité, la filiation, la mémoire, la violence, la résilience et l’espoir. Baloji, qui a quitté le Congo à l’âge de quatre ans, raconte son rapport complexe à ses origines, à travers le personnage de Koffi, qui se sent à la fois étranger et attaché à sa terre natale.

Augure est aussi un film qui rend hommage à la culture congolaise, à sa musique, à sa mode, à son humour, à sa vitalité. Baloji, qui est aussi rappeur et styliste, a soigné la bande-son et les costumes du film, qui reflètent la diversité et la richesse de la création congolaise. Le film est porté par des acteurs talentueux, comme Marc Zinga, Lucie Debay, Eliane Umuhire ou Yves-Marina Gnahoua, qui incarnent avec justesse et émotion leurs personnages.

Augure est donc un film à voir absolument, qui fait voyager dans un monde à la fois familier et merveilleux, où le réel et l’imaginaire se confondent. Un film qui fait réfléchir sur notre rapport à l’autre, à nous-même et à notre histoire. Un film qui fait rêver, frissonner et espérer.

Rachelle Tape