Suivez Nous

Esthétique traditionnelle occidentale: Enrichissement ou Appauvrissement de l’art d’aujourd’hui?

Desire Amani | | Arts Visuels

-

Dans l’histoire de la pensée occidentale, aussi lointain qu’on puisse remonter dans l’ère des temps, les maîtres de la pensée (philosophes) ont toujours su exprimer leur curiosité (intérêt) par divers protocoles, soit pour la conception de l’esprit sur tout jugement de la beauté, de la rigueur dans l’harmonie et de la perfection, soit plus à brûle-pourpoint, pour l’art pratiqué de leur époque.

Tantôt estimée et très prisée pour son menu, tantôt méprisée méthodiquement à tort et à travers sans une réflexion scrutée, l’esthétique traditionnelle occidentale semble excessivement, de nos jours en baisse d’affection et rejetée, sans une considération préalable, comme la pire des pestes.
Si dans l’histoire des humains, l’on se souvient très bien des grecs anciens, le terme « technè » était employé par ceux-ci pour la désignation de l’activité artistique. De nos jours, en esthétique, comme dans d’autres domaines, chaque époque et chaque culture a toujours su donner naissance à des règles que ceux du génie de l’art (artistes) étaient sensés connaître, apprendre et la respecter afin de se conformer aux normes en rigueur et répondre à des critères d’excellence bien spécifiés.

Au fur et à mesure que le temps s’enfuit autant qu’il s’envole, la subjectivité devient l’âme de la fécondité créatrice chez l’artiste, et se positionne entant que belliciste au conformisme ( l’académisme). Le schisme est alors consommé, vive la révolution et éclosion des formes de pensées très libérées. Le philosophe Théodor Adorno, dans les années 1961, au seuil d’une décennie au cours de laquelle tous les dogmes passés concernant l’art allaient être culbutés (bouleversées), ouvrait sa théorie esthétique par cette assertion suivante : « il est devenu évident que tout ce qui concerne l’art… ne va plus de soi, pas même son droit à l’existence.»
La théorie esthétique semble une question très préoccupante pour tout être en mutation d’une transcendance culturelle. Suscitant souvent une suspicion (défiance) et un scepticisme, cette réflexion sur l’esthétique traditionnelle occidentale invite certains d’entre nous, soit à voir d’un autre oeil, un arraisonnement de l’activité artistique et de la culture par la technologique.

D’autres, par compte soit de s’interroger sur la valeur esthétique des objets, des actions et des propositions diverses résultant de la rencontre entre les nouvelles technologies informatiques et les pratiques artistiques dites traditionnelles. Peut-on mieux donner ici, une politesse au défi esthétique de l’art dit technologique ? Existerait-il de nos jours une ou des orientations de cette théorisation esthétique occidentale des nouveaux médias informatiques ? Serait-elle un risque d’austérité (appauvrissement) ou une aubaine de l’expérience esthétique s’il en existe?

Comme l’a souligné le professeur Marc Jimenez, que le véritable combat, qui se pose en fait dans ce 21ème siècle, entre le cordon ombilical reliant la culture à l’art, et les technologies dites nouvelles, serait d’ordre philosophique. Car un équilibre reste à démêler, celui de la résistance contre le cybermonde, qui constitue un danger de la mentalité technologique de l’information et de la cyberculture.

L’homme, face à cette réalité proprement parlant, se crée des réalités fictives, au profit du statut du réel, dans la mesure où lui-même, se conditionne, se formate et se consolide à une sorte de modification au regard même de sa position, au sein de toute réalités indépendantes. N’est-ce pas peut-être une source conflictuelle qui isole l’être humain et le rend étranger au service des réalités de toutes expériences quotidiennes ( facultés perceptives, comportements esthétiques et cognitifs quotidiens) ?

Le traditionaliste, par humilité demeure constamment une des ressources du modernisme. Ils s’accompagnent mutuellement et se fondent dynamiquement comme une matière textile, en oscillation, vivant son petit bonheur sur une douce et fragile poitrine féminine .