Suivez Nous

Chronique : Le Toué, une musique, une vision, une identité

Hyacin The Djottouan | | Litterature

« Rien n’est plus absurde que toute discussion sur la musique. On la sent ou on ne la sent pas ; puis c’est tout » (Stendhal Lettres sur Haydn, 1814, Paris, Champion, 1923). Cette pensée traduit l’incapacité de l’homme à donner un sens à la musique.

C’est ce qu’affirme Laure VILLEMIN (Du discours sur la musique au discours musical, violon, CEFEDEM Rhône-Alpes1, 2006/2007), quand elle dit que « La musique, on s’accorde à le dire, serait intraduisible par les mots… ».

Oui, mais au-delà de ces pensées, l’on s’accorde à dire de la musique qu’elle véhicule des messages, donc porteuse de sens. Les théories sur la musique ne nous enseignent-elles pas que, la forme musicale se révèle en général au fur et à mesure du développement de l’œuvre, en laissant apparaître au travers de sa structuration, du peuple qui la pratique, la perception esthétique, la vision du monde ? C’est dans cette optique que va se développer la réflexion sur le Toué, une musique à travers laquelle se découvre la vision, l’esthétique et l’identité du Kroumen Tépo, du groupe ethnique Krou au sud-est de la Côte d’Ivoire.

Qu’est-ce que Toué ?
Le terme TOUE signifie complainte : c’est un mot qui exprime la douleur, le cri de détresse ou d’amertume. Toué a donné naissance à un genre musical que l’on rencontre chez les Kroumen, précisément chez les Kroumen Tépo, l’une des onze (11) tribus qui constituent le peuple Kroumen de Côte d’Ivoire.

Il est exécuté uniquement que par les femmes dans lesquelles l’on retrouve, une chanteuse principale qui conduit et guide les autres femmes dans le chant, toujours accompagnée d’une autre chanteuse qui est son accompagnatrice principale, un soutien et une force indispensable pour la chanteuse lead. C’est une musique profane initialement produite lors des funérailles. Aujourd’hui, le Toué intervient dans toutes les circonstances de la vie (naissances, mariages, funérailles, etc.).
Les caractéristiques du Toué (la carte d’identité)

Musique profane du peuple Kroumen Tépo produite par des femmes soutenue dans la danse par un grand et deux petits tambours qui en assurent la rythmique. La langue : Kroumen Tépo. Les thèmes évoqués : ils se rapportent aux situations vécues quotidiennement dans la société kroumen et couvrent toutes les circonstances de la vie. Circonstances heureuses (naissance, baptême, mariage, festivités de toutes sortes). Circonstances malheureuses (décès, épidémie, mauvaise récolte…).

Hommages
Satire de la société Ce sont là les éléments cardinaux du Toué. Mais en quoi la musique Toué véhicule-t-elle la vision, l’esthétique et l’identité des Kroumen Tépo ? Le célèbre ethnomusicologue André Scheafner écrivait « aucun instrument aussi rudimentaire soit-il, aucun mode de production sonore aussi bizarre fut-il, n’est un fait du hasard. Il répond toujours à une préoccupation autre qu’esthétique, magico religieuse… »

L’aspect socioculturel du TOUE
Les circonstances de production musicale sont diverses et les éléments qui concourent à sa production le sont aussi. La musique est avant tout un important moyen de communication du moins en ce qui concerne la musique africaine. En tant que moyen de communication, elle utilise des signes et langages pour véhiculer son message. Ces signes et langages épousent les circonstances de la production musicales dans lesquelles ils ont une fonction plus ou moins importante.

La place de la musique dans la communauté TEPO
La musique occupe une place prépondérante dans la communauté TEPO car elle fait partie intégrante de la vie quotidienne des KROUMEN TEPO. Les TEPO accompagnent toutes leurs activités journalières de la musique. Les femmes sèment, pilent le riz en chantant, quant aux hommes, ils effectuent leurs travaux champêtres tout en étant galvanisés par les chants. Chez les TEPO l’arrivée d’un étranger, l’annonce d’un décès, une naissance se fait à travers les chants. L’expérience vécue à DEWAKE, village par excellence du Toué est édifiante. A DEWAKE, tout se fait en Toué.

Le TOUE et la communauté kroumen TEPO
Le TOUE est un élément de la culture Krou précisément de la communauté TEPO. Il symbolise et caractérise cette communauté. Le TOUE constitue pour les Kroumen Tépo une richesse, une force, une arme parce qu’il a permis à cette tribu de s’imposer sur le plan culturel, économique et social à toutes les autres tribus Kroumen. Le TOUE représente la carte d’identité de la communauté Tépo

Le TOUE une musique polysémique
Le TOUE, tel qu’il nous a été donné de voir, au niveau de ses constituants et de ses dimensions sociales revêt de multiples significations. En effet si les différents éléments musicaux du TOUE sont le signe d’un sentiment esthétique TEPO, le TOUE en lui-même se veut l’expression d’un sentiment principalement éducatif.

Aussi, au delà d’être une production musicale, le TOUE permet-il de développer certaines vertus comme l’hospitalité, l’entente, la cohésion et surtout le respect entre les membres de la communauté. Le respect non seulement des jeunes envers les plus âgés mais aussi des plus âgés envers les jeunes. En somme le TOUE est le reflet de l’ensemble des symboles qui fondent la communauté Tépo.

Le TOUE une musique de socialisation
Moyen de communication, le TOUE permet la formation des membres de la communauté aux différentes valeurs socioculturelles TEPO. Et, les nombreux propos recueillis montrent à quel point le TOUE est déterminant pour cette communauté.

En effet à travers les thèmes développés dans les chants, la communauté est invitée à cultiver les valeurs morales et sociales pour une bonne cohésion en son sein. Prenons pour exemple le chant : Bo né da lô dans lequel les jeunes sont interpellés quant au respect des adultes. Aussi dans les chants : Togba danon, les membres de la communauté sont-ils invités à s’entraider, à s’assister mutuellement à travers l’assistance aux plus faibles et démunis (les veuves, les orphelins, les malades).

Le TOUE une musique d’éducation
Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le TOUE est un facteur important d’éducation des TEPO tant au niveau moral que social. En effet, le TOUE permet la formation des membres de la communauté jeunes comme adultes, aux différents principes de base de la vie en communauté. Pour le Kroumen Tépo, « le TOUE est une source  de connaissance de valeurs éducatives, c’est- à dire les systèmes de croyance, de l’histoire, de la philosophie, de la morale, bref de la culture Tépo ».

Le TOUE un moyen de rapprochement
Les occasions de pratique du Toué, sont des moments de grands rassemblements qui ont favorisés le rapprochement non seulement entre les membres de la communauté, mais également entre la communauté Tepo et les autres communautés. Les membres de la communauté profitent de cet instant pour communiquer, partager leurs joies, leurs peines autour du chant. Au delà de la communauté, le TOUE est également un cadre de rapprochement extérieur. En effet, lorsque les chanteuses sont sollicitées par d’autres tribus, celles-ci tissent avec les femmes de ces tribus hôtes des liens d’amitié et de fraternité. Et, même hors du cadre musical, ces chanteuses sont considérées comme faisant partie des villages qui les invitent. Ainsi, le TOUE est donc sorti de son cadre Tépo pour s’étendre aux autres tribus, brisant ainsi, toutes barrières pour céder la place au rapprochement de toutes les tribus Kroumen.

Il y a lieu de constater que les musiques traditionnelles africaines en général et en particulier les musiques traditionnelles ivoiriennes regorgent d’enseignements, de valeurs humaines, sociales et culturelles – j’ai cité : l’amour, le pardon, la fraternité, … – telles que prônées par l’hymne national ivoirien, et dont il faut prendre conscience et réintégrer dans nos habitudes et comportements quotidiens pour une société africaine que dis-je, une Côte d’Ivoire digne, réconciliée avec elle-même, et débout pour de nouveaux défis pour la liberté et l’indépendance vraie.
Par Hyacinthe Djottouan
Conservateur d’Archives, Agrégé d’Education Musicale,
Chercheur doctorant en Ethnomusicologie (Paris 10)