Suivez Nous

CAN 2024: La Côte d’Ivoire obtient ses 3 étoiles !

Issa Kone | | Sport

La Côte d’Ivoire a remporté dimanche sa troisième Coupe d’Afrique des Nations de football, en battant le Nigeria 2-1 en finale au stade Alassane Ouattara d’Ébimpé. Les Éléphants ont renversé la situation après avoir été menés au score, grâce aux buts de Franck Kessié et Sébastien Haller. Ils succèdent ainsi à l’Algérie, vainqueur en 2019, et rejoignent le palmarès des nations les plus titrées du continent.

Jamais ils n’auraient dû parvenir si loin, voire même se qualifier pour les huitièmes de finale. Et pourtant, les Ivoiriens se sont hissés au sommet de l’Afrique au terme d’une compétition exceptionnelle. Le moment décisif ? Le but de Hakim Ziyech pour le Maroc contre la Zambie (1-0). Cette victoire marocaine, déjà qualifié, a ouvert la voie aux Éléphants vers la phase finale. C’est ainsi que Max-Alain Gradel a arboré fièrement le drapeau marocain en brandissant le trophée ce dimanche.

Malgré deux défaites en phase de groupes et une humiliation contre la Guinée Équatoriale (0-4), la Côte d’Ivoire a continué à se battre. Le stade a grondé, les joueurs ont pleuré cette nuit-là. Personne n’aurait pu prédire la suite des événements le 21 janvier, alors que l’équipe était qualifiée de « honte nationale », selon les mots forts de Franck Kessié.

Le sacre des champions est un témoignage vivant du pouvoir de la résilience. Menés par un nouvel entraîneur en cours de compétition, les Éléphants ont surmonté tous les obstacles, devenant ainsi la première équipe à remporter la CAN après deux défaites en phase de groupes.

Leur parcours a été marqué par des moments de tension et d’émotion, avec des revirements de situation de dernière minute. Mais malgré les statistiques et les prévisions, la Côte d’Ivoire a persisté, démontrant que rien n’est impossible lorsque la détermination est au rendez-vous.

Ce triomphe inattendu repose sur les épaules de deux figures emblématiques : Simon Adingra, le jeune prodige de 22 ans et Sébastien Haller, qui a vaincu un cancer l’année précédente. Leur contribution à l’équipe incarne l’esprit de cette sélection hors du commun.

Comme l’a souligné Franck Kessié : « Nous étions en mission, on n’avait plus rien à perdre après la phase de poules. » Leur détermination inébranlable les a menés à la victoire, prouvant que parfois, c’est lorsque l’on n’a plus rien à perdre que l’on gagne le plus.

Issa Kone

Mots-clefs :