Suivez Nous

CAN 2023: Hervé Renard de retour auprès des Eléphants ?

Alexandre Martin | | Sport

Dans le monde du football, les rumeurs font souvent la une, et cette fois-ci, un nom bien connu émerge dans les coulisses du jeu. Hervé Renard, actuel sélectionneur de l’équipe de France féminine, pourrait être prêté à la Côte d’Ivoire pour guider les Éléphants jusqu’à la fin de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Un revirement inattendu qui a déjà fait écho dans les couloirs de la Fédération Française de Football (FFF).

Selon des sources proches, Renard aurait été approché par la Côte d’Ivoire dans l’urgence, cherchant à redresser la barre avant le 8e de finale contre le Sénégal. Depuis la démission de Jean-Louis Gasset et l’entrée en fonction de son adjoint Emerse Faé après une défaite cuisante contre la Guinée (0-4) et une phase de groupes décevante, les dirigeants ivoiriens sont déterminés à provoquer un électrochoc, évitant ainsi l’humiliation dans une compétition qu’ils aspirent à remporter.

L’idée qui circule serait de confier temporairement les rênes de l’équipe à Renard, actuellement sous contrat avec les Bleues jusqu’en août 2024. Un technicien français chevronné, Renard a déjà remporté la CAN avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015, consolidant ainsi sa renommée sur le continent africain. Son nom a même été évoqué comme possible successeur pour prendre en charge l’Algérie, laissée sans entraîneur après l’élimination des Fennecs dirigés par Djamel Belmadi.

Hervé Renard, dont l’aventure avec l’équipe de France féminine prendra fin après les Jeux Olympiques, n’a pas souhaité s’exprimer. Cependant, des sources internes indiquent que l’idée l’enthousiasmerait, à condition que la FFF donne son feu vert. Le président de la Fédération Ivoirienne, Idriss Diallo, aurait déjà pris des contacts avec son homologue français, Philippe Diallo, dans l’espoir de parvenir à un accord pour « prêter » le sélectionneur des Bleues jusqu’à la conclusion de la CAN, dont la finale est prévue le 11 février à Abidjan.

Pour l’instant, les deux institutions préfèrent garder le silence sur cette information captivante.

Alexandre Martin

Mots-clefs : ,