Suivez Nous

Polémique autour de la subvention de « Miss France » à Marseille

Arsene DOUBLE | | Société

Pour accueillir la prochaine élection de Miss France, qui se déroulera mi-décembre au Dôme de Marseille, la municipalité a décaissé une énorme somme de 150.000 euros ( soit 98 393 550 francs CFA). Des élus de la ville ont vivement critiqué le geste de la municipalité.

La municipalité de Marseille a sérieusement l’intention de marquer d’une pierre blanche la prochaine élection de Miss France, qui se déroulera mi-décembre au Dôme de la ville. Elle a, en effet, accordé une subvention de 150 000 euros (soit 98 393 550 franc CFA) à l’office du tourisme et des congrès pour accueillir l’évènement. L’énormité de la subvention n’a pas échappé à la critique de certains élus de la ville.

Le journal “La Provence” rapporte que le chef du groupe socialiste a regretté le déblocage d’une telle somme « alors que les associations qui défendent les droits de femmes ont perçu uniquement 48 000 euros, ndlr soit 31 486 080 francs CFA ». L’élue socialiste Samia Ghali, réputée pour son franc-parler, est également montée au créneau : « Même si Miss France est populaire et que les Français aiment Miss France, il ne faut pas deux poids, deux mesures. »

L’élu communiste Jean-Marc Coppola est allé encore plus loin en dénonçant un concours qui donne « une vision rétrograde des femmes », tout en demandant que cette somme, après le drame de la rue d’Aubagne, où plusieurs immeubles s’étaient effondrés, soit plutôt consacrée aux « délogés de l’habitat indigne ». Faisant feu de tout bois, l’opposition municipale s’est étonnée d’un tel empressement pour un concours « de strass et de paillettes », alors que la ville aurait montré beaucoup moins d’entrain pour accueillir des matchs de la Coupe du monde de football féminin.

 

L’intérêt de « Miss France » pour Marseille

En réplique à l’opposition, la majorité municipale a souligné le bien-fondé de son action. « On peut aimer Miss France ou pas, mais on ne peut pas nier l’intérêt pour la ville de Marseille de les recevoir », a répondu le chef de la majorité LR, Yves Moraine, qui estime que l’opération « va rapporter plus que cela ne va coûter ». Et de détailler certains chiffres : la subvention accordée va permettre, entre autres, d’assurer l’hébergement et les repas des 30 prétendantes au titre et leur staff, soit une cinquantaine de personnes pendant quinze jours. En retour, Marseille attend 1 500 nuitées sur la même période, ainsi que les frais de taxi et de restauration qui leur seront liés… À cela s’ajoutent les ventes des billets d’entrée au Dôme, qui, à elles seules, rembourseront en partie la subvention octroyée. Enfin, il faut ajouter l’exposition médiatique de la ville, avec une émission regardée par 7 millions de téléspectateurs sur TF1 et un spot de quatre minutes sur la région, en guise de remerciements…

Rappelons que la municipalité de Lille avait dû faire face en 2018 à la même polémique, après avoir déroulé le tapis rouge à la boîte de production EndemolShine, organisatrice de l’événement. Malgré cela, l’évènement a connu un franc succès, avec des retombées positives sur la ville, selon Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France et de Miss Europe Organisation.

 

Arsène DOUBLE