Suivez Nous

La biennale de Venise est victoire pour les artistes Ivoiriens.

Raymond Alex Loukou | | Musique

Quatre artistes ivoiriens seront présents à la 55ème édition de la Biennale de Venise du 31 mai au 24 novembre prochain. Une grande première pour la Côte d’ Ivoire qui se positionne ainsi sur l’échiquier international des Arts.

Tamsir Dia, artiste-peintre, l’un des plus doués de sa génération fait partie du  » contingent  » qui aura la responsabilité de représenter la Côte d’ Ivoire artistique à ce rendez-vous culturel important.

Rencontré dans son atelier, il a accepté de se prononcer avec la liberté de ton qu’on lui connaît sur sa participation à cet important rendez-vous artistique mondial.

Comment avez-vous accueilli votre sélection à cette Biennale ?

J’ai été agréablement surpris d’apprendre ma sélection. Je ne m’y attendais pas du tout. C’est vrai que j’étais à Venise en 1993 mais pas en sélection officielle au nom de la Côte d’ Ivoire. Mais, aujourd’hui avec une participation officielle de la Côte d’ Ivoire à cette Biennale cela me réjouit énormément. Avec notre participation à la Biennale de Venise, c’est toute la Côte d’ Ivoire qui gagne. J’espère sincèrement que ce ne sera pas la dernière fois(rires).

Pour vous, cette participation arrive-t-elle trop tard ?

Non, pas du tout ! Il n’est jamais trop tard de participer à un événement de prestige comme la Biennale de Venise. Au contraire c’est un honneur pour un artiste qui a de l’expérience comme moi de participer à cette rencontre. Cela démontre que mon travail est suivi et apprécié.

Pour un artiste de votre trempe, que représente la Biennale de Venise ?

Elle représente beaucoup pour moi. C’est un lieu de validation de grandes signatures. Ma participation à cette rencontre est la reconnaissance du travail que j’abats quotidiennement dans le domaine de l’art. Si des personnes autre moi ont apprécié mon travail au point de le proposer à la Biennale pour le compte de la Côte d’ Ivoire, cela suppose que j’ai du vécu et du mérite. Au-delà de ma personne, c’est toute la communauté des artistes ivoiriens qui est honorée. C’est un challenge à relever.

Tamsir Dia à  Venise. A quoi le public doit-il s’attendre en termes de création artistique ?

J’ai réalisé une série d’œuvres durant la période de crise que nous avons traversée en Côte d’ Ivoire. Pour Venise, je suis sorti de l’ordinaire en peignant sur papier. C’est la première fois que j’expose cette série d’œuvres.

J’espèreque cette création fera le charme du pavillon ivoirien. Cette parenthèse de souffrance que nous avons vécue portée sur papier est quelque chose d’intéressant à voir. Et j’espère que le public l’appréciera à sa juste valeur.

Votre dernière exposition remonte à quand et quel souvenir en gardez-vous?

Ma dernière exposition remonte d’il y a 6 ans. Cette exposition a eu lieu à la Galerie le Lab de M. Thierry Fieux, grand mécène de l’art.

Le public a eu  l’occasion d’apprécier mes œuvres car j’ai eu un bon retour en termes d’éloges. Aujourd’hui,  mes œuvres sont exposées à la Galerie le Dompry sise au Plateau.

En tant qu’artiste ivoirien, quel message entendez-vous porter au monde entier à travers votre participation à cette Biennale ?

A travers cette exposition, je voudrais marquer le retour de mon pays sur la scène artistique mondiale. Notre participation à cette Biennale signifie que le monde est universel. Les peuples ne s’appartiennent plus, ils appartiennent à l’Universel. Mieux, ils participent à l’Universel.

C’est le message d’une Côte d’ Ivoire tolérante que je vais porter au monde. Je me ferai le chantre d’un panafricanisme fait d’ouverture et de tolérance. C’est ce message de fraternité universelle que je voudrais porter au monde à travers mon pinceau.

Loukou Raymond-Alex