Suivez Nous

“Héritage”, le nouvel album de Yodé et Siro n’échappe pas à la récupération politique

Arsene DOUBLE | | Musique

Sorti comme annoncé vendredi 03 juillet 2020, “Héritage”, le nouvel album du tandem Yode et Siro présente les signes d’une œuvre à succès. Album très attendu des mélomanes d’ici et d’ailleurs et qui voit le jour à quelques mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, “Héritage” n’échappe pas à la récupération politique. Si les internautes proches de l’opposition en raffolent, ceux du régime au pouvoir montrent quelques signes de déception. Le rattrapage ethnique, les arrestations d’hommes politiques, la précarité de la vie des Ivoiriens sont, entre autres, les thèmes abordés par l’album de 13 titres de Yodé et Siro.

En Côte d’Ivoire, Yodé et Siro sont connus pour être des artistes engagés. Chacune de leurs productions musicales, à savoir “Victoire” , “Antilaleca” , “SignʼZo”, dispose toujours d’un puissant glaive. Qui ne manquent pas de porter un coup dur à la plupart des présidents qu’a  connus le pays de Houphouët Boigny, notamment Guéi Robert , Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo. « Pour tous les régimes qui se sont succédés à la tête de la Côte d’Ivoire, nous avons toujours chanté, pas en tant que supporters, mais en tant qu’artistes engagés.», déclarent Yodé et Siro, lors d’un récent passage sur la Nouvelle Chaîne Ivoirienne ( NCI).

Ne dérogeant pas au principe , “Héritage” , le nouveau bébé musical  du tandem Yodé et Siro, porte à son tour un regard critique sur la gouvernance du président ivoirien Alassane Ouattara. Certes, le 6ème album de nos talentueux artistes zougloumen, disponible dans les kiosques à CD et sur les plate-formes de streaming, se porte déjà bien sur le marché de la discographie, mais il n’échappe pas à la récupération politique. Et sur les réseaux sociaux, c’est la guerre des mots entre les personnes proches de l’opposition, qui ne cachent pas leur admiration pour les auteurs de l’œuvre, et celles du parti au pouvoir, quelque peu déçues du duo Yodé et Siro.

Si “Héritage”, dans son ensemble, se révèle intéressant et dansant, “On dit quoi ?” reste le titre le plus controversé du nouvel opus de Yodé et Siro. La chanson a de quoi conforter les critiques de l’opposition à l’encontre du parti au pouvoir. “On dit quoi ?” permet à nos deux chanteurs de dénoncer des maux qui minent la gouvernance de l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara, tels que le rattrapage ethnique, les arrestations d’hommes politiques, la précarité de la vie des Ivoiriens, quasiment exclus de la croissance économique dont se targue le régime. Tout à fait d’accord avec le contenu cru du titre, les internautes proches de l’opposition, saluant le génie artistique de nos deux chanteurs, s’amusent à reprendre des slogans des zougloumen : « En zouglou ça réussit toujours ! », « En zouglou, gbêh est mieux que drah. Vive le Zouglou. »

Cependant, “On dit quoi ?”, qui rencontre l’assentiment de l’opposition, semble être une pilule difficile à avaler pour les internautes proches du pouvoir. Faisant fi de l’engagement et la neutralité des auteurs de “Héritage”, ils n’hésitent pas à qualifier Yodé et Siro d’ « artistes partisans ». «  Ils n’auront pas mon soutien ces artistes partisans là. », écrit un internaute. « Ouiiii le calcul est très simple faire acheter le CD par tous les opposants potentiels. Il faut tout de même reconnaître que c’est très intéressant et dansant. », fait savoir un autre, qui va jusqu’à remettre en question la qualité de l’œuvre.

Face à la critique de certains internautes proches du pouvoir, accusant Yodé et Siro d’appeler ainsi à la division ethnique, Nathalie Yamb, conseillère exécutive du prof Mamadou Koulibaly de LIDER, un parti d’opposition, déclare dans un tweet: « On dit quoi? Quand Ouattara a dit qu’il régnerait en appliquant la doctrine du rattrapage ethnique, tu as dansé et applaudi. Aujourd’hui, quand Yode & Siro chantent à propos des Bakayoko, Coulibaly & Konan, tu pleurniches et cries à la division ethnique? Va boire l’eau, dis donc! »

 

Arsène DOUBLE