Suivez Nous

Les camerounaises Mani Bella et Lady Ponce font la paix

Irene COULIBALY | | Musique

Les stars camerounaises Lady Ponce et Mani Bella

Les deux stars du Bikutsi étaient en froid depuis plus d’un an, chose qui a engendré des formations de camps. Aujourd’hui, les deux stars ont décidé de faire la paix.

 

Le premier pas aurait été posé le 17 juillet 2021 par Mani Bella. Cette dernière est revenue à de meilleurs sentiments en adressant un message de pardon à l’endroit de Lady Ponce.

« Mes chers frères et sœurs, ce matin, je me suis réveillée avec beaucoup de tristesse en moi. Cette tristesse a aussi réveillé une lucidité qui m’a révélé des choses évidentes et qui nous concernent tous. Le bikutsi meurt par notre faute, artistes, fans, sympathisants, il risque de devenir un rythme obsolète d’ici peu. Les divisions et les problèmes inutiles entre artistes, la manipulation de ceux qui nous entourent etc, sont en train de fragiliser ce noble rythme (…). », entamé Mani Bella avant de demander pardon à sa consœur et appelé Coco Argenté à suivre son exemple.

« Lady Ponce tu es ma grande sœur, tu m’as piqué et moi je t’ai mordu fort ! oui. Mais, en ce jour 17 juillet 2021, j’oublie cet épisode ! Mon cœur se libère et dès ce jour, je recommence à écrire ton nom sur mes murs et à participer au soutien de tes projets à mon petit niveau et ça, peu importe ta position vis-à-vis de moi ! Coco Argentée, il est temps de faire la paix avec Lady Ponce. (…) », a-t-elle écrit.

A son tour Lady Ponce n’a pas refusé la paix voulue par Mani Bella. Sur sa page Facebook elle a écrit ceci : « très chère petite sœur, j’ai lu ton message avec beaucoup d’attention et je trouve ta démarche vraiment noble et surtout très courageuse. Parce que seule une personne humble peut faire ce que tu as fait et pour cela, tu as tout mon respect… ».

Lady Ponce a, par contre, relevé certains points qui selon elles n’étaient pas justes. Mais quoi qu’il en soit, on peut dire que les deux stars du rythme Bikutsi camerounais ont enterré la hache de guerre.

Irène COULIBALY

Mots-clefs : , , ,