Suivez Nous

Aster Aweke : La douceur Éthiopienne

Zacharie Acafou | | Musique

Souvent surnommée la « Aretha Franklin éthiopienne » pour ses prouesses vocales, Aster Aweke est devenue l’une des valeurs sûres de la musique africaine et plus précisément de la musique éthiopienne.

Née en Éthiopie en 1961 à Gondar, Aster grandit à Addis Abeba, la capitale du pays. La passion musicale s’étant emparée d’elle très tôt, à l’âge de 13 ans, Aster décide d’en faire son métier. Alors encore toute jeune, la gamine de Gondar commence intimement sa carrière en chantant au théâtre Hager fikir à Addis Abeba, l’une des plus vielles salles de théâtre du continent africain. Puis elle joue dans différents clubs et boîtes de nuits où elle imposera sa renommée auprès du public éthiopien. En 1981, sous le climat d’oppression qui suit la mort de Haile Selasié, Aster décide de s’envoler pour les États-Unis. Initialement installée en Californie avec l’intention de poursuivre ses études, son appétit pour la musique finira par prendre le dessus, et l’emmènera à quitter les bancs pour partir vers Washington, ville cosmopolite où réside une forte communauté d’éthiopiens. Là, elle verra sa popularité grandir au fil de ses spectacles dans différents clubs et restaurants de la ville. Aster chante ses propres compositions dans un style unique mélangeant jazz, soul et r&b. Avec aujourd’hui huit albums à son actif, Aster Aweke continue de représenter dignement son Éthiopie car malgré une absence prolongée sur sa terre natale, son dernier concert à Addis-Abeba en 1997 a pu réunir plus de 50.000 personnes. Signes qui prouvent que même loin, Aster Aweke continue de bercer le cœur de ses compatriotes à travers une musique particulièrement précieuse, surtout par les temps pas toujours heureux que connaît son pays…