Suivez Nous

Philomène Bohoussou, de la littérature à la mode

Desire Amani | | Mode

Lueur d’une jeunesse et des îles de toute une grande nation, Philomène Bohoussou comme une spirale, dans sa formation naturelle, est chargée d’une grâce spirituelle défiant toute concurrence.

« Bohoussou »! Signifie « le génie des pré(s) carré(s) et des bois », qui prend refuge dans les habitudes d’une quelconque personne. Une estimation plus concrète qui nous interpelle aux multiples talents s’accrochant aux fibres charnelles de « Philo », notre mère fondatrice, qui nous mènera dans le secret d’un univers extraordinaire: la mode.

Un art d’embellir la gestuelle du corps humain par l’habillement et tout ce qui pourrait suivre comme accessoires, dans la mesure de l’égailler, selon nos émotifs inventifs liant « sensibilité, sensation et sensibilisation » d’où la théorie des ( 3 S ). Cet art naquit de par la pensée modéliste et du désir du bien-être social passant par une protection du corps de toutes sortes d’intempéries naturelles. La suprématie  dans une distinction du rang social et d’une harmonisation du design dans le style, par la coupe agencée des accessoires de beauté, avec le plus grand soin.

Diplômée en sociologie de l’Université de la ville de Bouaké rien ne prédestinait cette belle créature, littéraire de formation à l’amour de la mode. Et pourtant c’est bien dans cet univers que notre styliste contemporaine de la mode va luire de générosité (s’épanouir) grâce à sa présence d’ingéniosité doublée de son humble talent.

En effet,  notre « Philo », dès son jeune âge, comme personne animée d’un don céleste, déjà s’exerçait à la pratique de confection des accessoires (colliers de perles).  A cette belle époque de son histoire, elle était très loin de s’imaginer dans cette fonction plus tard, dans notre ère contemporaine.  » D’ailleurs, comment oserait-elle le croire », puisque dans son entendement,  elle envisageait de devenir une sommité de la littérature reconnue mondialement, à l’échelle.

Mais, l’état affectif intense et raisonné qui domine son état d’âme, gagnera le dessus en s’imposant catégoriquement aux vibrations de ses ambitions d’autrefois, dans la fleur de son âge.  L’art de célébrer les perles dans tous leurs états, est pour elle, une hantise  menaçante, s’imposant même de façon compulsive à son esprit critique et équilibré, comme « une béquille chimique », une préoccupation lancinante.

Philomène traduit par son affect, l’exactitude d’une magnifique matérialisation cognitive. Celle-ci en passant par le pouvoir surnaturel, dans une optique bien artistique, façonne la naissance de nouvelles formes à sa propre guise. Très prisés à la vente comme des petits pains, le génie créateur de cette artiste fit d’un temps record, le tour de certains continents. Après celui de l’Afrique, c’est  bien l’Europe qui fut séduit par ses bijoux contemporains de très belle facture, à cette signature de Bohoussou Philomène.  Confectionnées avec la ferme subtilité, ses collections privées  » ( colliers nappés en passant par des boucles ondulées, les ras-de-cou ou encore les chaines aux reins ) » voyagent comme l’air dans le vide à travers le monde entier. Elles sont présentes à tous les carrefours où le prestige en compagnie du luxe gardent leur crédibilité. Les salons mondains, les biennales, les expositions, les séminaires … sont les lieux de croisade ( sites ) où ces patrimoines de beauté prennent vie, dans le quotidien.

L’amour de cette pratique par Philomène, sous la symbolique des arts dits décoratifs, émerveille la conscience des grands designers et les écoles d’art dans les normes des formes en questionnant la place de l’objet face à un art en parfaite mutation spontanée. 
Actuellement, visible de par son art à la fois son délice,  » la matrice des perles  » à l’état civil Philomène Bohoussou, comme  » la princesse des perles  » Stella Zan, diplômée de l’atelier de Design-Textile à l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action Culturelle (ENBA),  » l’ancêtre des perles  » Karlyse et bien d’autres « déesses des perles » font parties de cette nouvelle génération qui a pour but de faire tache d’huile dans cette vaste vision contemporaine du Design et de la Mode, en se ré-appropriant des perles comme supports natifs et de contemplation. Déterminée et engagée, notre écrivaine-accessoiriste, styliste contemporaine utilise le moteur de vente fiable le « e-management « (vente en ligne via Facebook ) pour sa promotion, la vente et les commandes de ses œuvres. Vêtue du manteau puissant céleste, cet auteur de la plume « Je suis ta sœur Rwandaise », ouvrage paru au Canada, conjugue le reste de son quotidien en art, science, littérature et spiritualité.

Une bonne pensée envers notre prochain quelque soit son importance, nous rassure face à nos intentions hors de la négativité, une bonne posture évolutive, dans les entrailles de notre politesse extérieure, en lien avec notre foi.

Désiré Amani