Suivez Nous

Abidjan accueille en novembre les patrons de presse de la sous-région

Binso Binso | | Média

-
Le président du Groupement des patrons de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI), Denis Kah Zion, a annoncé, récemment à Abidjan, la tenue à Grand-Bassam, les 12, 13 et 14 novembre prochain du congrès ordinaire du Forum des responsables des médias de l’Afrique de l’Ouest (FORMAO) sous le thème : « Quels médias pour la démocratie durable en Afrique de l’Ouest ? »

Cette conférence de presse du président du GEPCI, qui est par ailleurs président du comité d’organisation de cette rencontre, marque le lancement officiel du 1er congrès extraordinaire du FORMAO qu’il a qualifié de « pas de géant dans le domaine des médias ». Pendant trois jours, les patrons de presse des 15 États de la CEDEAO plus la Mauritanie porteront leur réflexion sur le type de média qu’il faut à la sous-région pour une démocratie durable. Trois sous thèmes meubleront les échanges. Ce sont : « Quelles stratégies de développement des médias dans un contexte de crise économique. », « La responsabilité des médias en période économique », « Les TIC dans le secteur des médias : les nouvelles opportunités du journalisme en ligne ».

La 2e journée sera consacrée à l’élaboration d’un plan d’action triennal. Et la 3e journée à l’adoption des travaux en commissions et à la l’élection du nouveau bureau du FORMAO suivi d’un diner gala de clôture.
Le président Denis Kah Zion a demandé à la presse ivoirienne de tout mettre en œuvre pour accompagner cet évènement qui contribue à vendre l’image de la Côte d’Ivoire à l’extérieur. Aussi, a-t-il  révélé que la Côte d’Ivoire a obtenu le transfert du siège du FORMAO. Toute chose qui fera d’Abidjan dans les tout prochains jours la plaque tournante des patrons de presse de la sous-région puisque le FORMAO est un organe qui est consulté par la CEDEAO et l’Union africaine.

Selon le conférencier, la Côte d’Ivoire a souffert, ces dernières années, d’une image écornée à l’extérieur. Et cs assises se présentent comme une opportunité pour redorer son image avec la présence d’une centaine de journalistes en cette « période symbolique par des élections démocratiques le 29 novembre 2009 ».

Pour lui, c’est donc un engagement que d’organiser ces rencontres à quelques jours de l’élection présidentielle.
« Qui mieux que les hommes de média, responsables et professionnels, peut accompagner cette sortie de crise dans l’apaisement ? », s’est-il interrogé.
Notons que c’est Ouagadougou pendant le précongrès qui se tiendra du 4 au 7 novembre prochain en marge du Festival international sur la liberté de la presse (FILEP) que les patrons de presse de la sous-région confirmeront la date de leur grande rencontre au bord de la lagune Ebrié.