Suivez Nous

Événement : Quand Charlie Hebdo croque Stromae!

Ariane Guideline | | Evènements

stromae_01

 
Mais diantre, comment peut-on passer aussi facilement d’une actualité artistique à une actualité terroriste ? Cette équation à plusieurs inconnues, c’est notre « frère con » pardon notre confrère Charli hebdo qui essai tant bien que mal de la résoudre.
Dans sa parution du mercredi 30 mars dernier le journal satirique Français Charlie Hebdo qui a le propre de n’avoir ni retenue, ni limite, ni tabou a osé croquer le chanteur Stromae, entouré par des membres humains déchiquetés.
 
Sur fond de drapeau belge, l’artiste se demande «Papa où t’es?», tandis qu’un bras, une jambe et un œil  lui répondent en chœur : «Ici», «Là», «Et là aussi.» Était-ce une référence volontairement morbide aux tragiques événements de Bruxelles qui ont fait 32 morts mardi 22 mars dernier où au père de l’artiste Stromaé mort dans des conditions tragiques au Rwanda en 1994 lors du génocide des Tutsi ?
Très vite, le chanteur Belge, le plus populaire depuis la mort de Jacques Brel est monté au créneau pour dénoncer un acharnement contre la mémoire de son père.
 
L’artiste en première réaction s’était même posé la question de savoir si Charli hebdo savait-il pour son père ? Même si à cette question, le journal satirique n’a encore pas donné de réponse, ni situer l’opinion sur le vrai message de cette caricature, l’on reconnait tout de même que cette « UNE » de Charli Hebdo n’était pas assez bien inspiré même si elle escompte finalement un buzzz ! Donc peut-être bien inspiré finalement pour Charly Hebdo qui devrait normalement avoir fait une bonne recette avec ce numéro.
 
Toujours est-il que cette « UNE » a provoqué une véritable onde de choc. Les parents de l’artiste sont bouleversés et l’incompréhension de cette caricature sur les réseaux fait débat. C’est donc dans ce ordre d’’idée que le spécialiste d’histoire politique et culturelle en France, Christian Delporte, est revenu sur cette la polémique, il y a de cela quelques jours dans les colonnes de « Le Figaro ». Pour lui toute cette polémique repose, sur une «incohésion»… et de poursuivre en disant ceci : « Quand une caricature est bonne, on la comprend tout de suite, du premier coup d’œil. Si on a besoin d’une exégèse, c’est que c’est une mauvaise caricature.
 
Si l’on va chercher des choses aussi loin, tel que le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994, ça ne va pas… Riss ce n’est pas Michel Onfray. Un dessin, c’est une idée, c’est tout ». Il s’étonne par contre que le dessinateur Riss ait fait référence au Rwanda. « Je n’y crois pas un seul instant. Je pense qu’il a voulu faire une grosse blague. De l’humour noir et puis c’est tout. Enfin, il est aussi possible que Riss n’aime pas Stromaé, ça je ne sais pas… » Poursuit-il, en disant que Charlie Hebdo, Stromaé est le Belge le plus connu en Belgique, depuis que Jacques Brel est mort. Où sont donc passé le Manneken-Pe ou Tintin des symboles pourtant connus de tous en Belgique et dans le monde ?  
 
Ariane Guideline