Suivez Nous

ANNÉE 2010 : Retro sur une année trouble et riche en évènements dans le monde noir

Atse Ncho De Brignan | | Evènements

-
Comme chaque nouvel an, 100%Culture fait une rétrospective des événements qui ont fait ou secoué le monde noir au cours de l’année précédente. Ainsi, du séisme en Haïti à la mort du comédien, metteur en scène et footballeur malien Sotigui Kouyaté ; de la Coupe du monde de football au cinquantenaire des indépendances ; des élections en Guinée ou en Côte d’Ivoire au Prix du jury pour le réalisateur tchadien Mahamat Saleh Haroun à Cannes… Retour sur le meilleur de la culture et les temps forts de l’année 2010 en Afrique et dans le monde noir.

ÉVÈNEMENTS LITTÉRAIRES

14 Janvier 2010: “Mes étoiles noires : De Lucy à Barack Obama” de Lilian Thuram publié aux éditions Philippe Rey, 399 p.
Lilian Thuram, le footballeur recordman en équipe de France avec 142 sélections, troque les crampons pour la plume. Son livre ”Mes étoiles noires” est un chapelet de portraits d’hommes et de femmes noirs disparus ou contemporains qui ont marqué l’Histoire. À travers un style simple, citoyen et engagé, Thuram se fait défenseur pour le rétablissement d’une vérité certaine qui dérange un système jusque-là formaté pour inférioriser les Noirs.

-

19 Aout 2010: Alain Mabanckou publie “Demain j’aurai vingt ans” aux Editions Gallimard, 384 p.
L’histoire se passe à Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de «l’immortel Marien Ngouabi», chef charismatique marxiste. Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleur : le père adoptif de Michel, réceptionniste à l’hôtel Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la sœur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones ; bien d’autres encore. Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges…
En laissant parler l’enfant qui est en lui, Alain Mabanckou prête à son narrateur une langue réjouissante et pleine d’images cocasses. Auteur de Verre Cassé, Mémoires de porc-épic (prix Renaudot 2006) ou encore de Black Bazar, Mabanckou est né en 1966 au Congo-Brazaville. Son enfance passée à Pointe-Noire, capitale économique du pays, est précisément au cœur de ce nouveau livre, un roman aux accents très autobiographiques.

-

25 Aout 2010 : “Celles qui attendent” de Fatou Diome
« Elles n’attendent pas Godot, pas Dieu. Juste un mari ou un fils, partis  clandestinement à l’assaut de la riche Europe. » C’est en termes que l’on peut résumer le dernier ouvrage de Fatou Diome, écrivaine  sénégalaise installée en France depuis plus de quinze ans. L’auteure s’intéresse à  une autre face de l’immigration, dont on parle peu. “Celles qui  attendent”, ce sont ces femmes, mères et épouses, qui restent dans leur Afrique  natale en espérant le retour de leurs hommes. Ainsi, dans un village de  pêcheurs du Sénégal, Arame et Bougna, mères, respectivement, de Lamine et Issa, deux émigrés clandestins ont vu leurs rejetons embarquer  sur une pirogue pour l’Espagne. Elles ne comptaient plus leurs printemps, mais chacune était la sentinelle vouée et dévouée à la sauvegarde des siens, le pilier qui devait tenir la demeure sur les galeries creusées par l’absence. Mais comment dépeindre la peine d’une mère qui attend son enfant, sans jamais être certaine de le revoir ? La suite, à lire dans “Celles qui attendent”, 7 Art Editions, 336 p.

-

9 septembre 2010 : “Ma vie a un prix” ou le calvaire de Tina Okpara,
À vingt-trois ans, TINA OKPARA est une survivante. Une miraculée. De 12 à 17 ans, elle a été enfermée, battue, torturée, dans une villa des Yvelines. Elle raconte ici son calvaire. Elle avait été adoptée officiellement pour 375 euros : le prix de la vie d’une enfant esclave. Exploitée, humiliée à longueur de journée, elle dort dans la cave sur un simple matelas. Un jour, profitant de l’absence de sa femme, son père adoptif la viole pour la première fois. Il abusera d’elle durant des mois, jusqu’au jour où il sera surpris en flagrant délit par son épouse qui se déchaînera alors sur la jeune fille. L’histoire de Tina se déroule au XXIe siècle, dans une banlieue huppée de la région parisienne. Ecrit avec la collaboration du journaliste Cyril Guinet, cet ouvrage est l’autobiographie de Tina Okpara qui retrace son calvaire en France. Il est publié aux Editions Michel Lafon, 221p.

-

14 octobre 2010 : Sortie mondiale de “Conversations avec moi-même” de Nelson Mandela
Nelson Mandela, 92 ans, a passé 27 ans de sa vie derrière les barreaux sud-africains pour “sabotage et trahison”. Dans ces Conversations avec moi-même, il livre la douleur de cette incarcération en s’appuyant sur des lettres, des photos, des archives, des notes et des pages d’œuvres jamais publiées. On y découvre l’icône du pardon et de la liberté précédant son incarcération, alors qu’il était leader du Congrès National Africain (ANC). Préfacé par le président américain Barack Obama, l’ouvrage qui se présente comme la suite logique de son essai “Un long chemin vers la liberté” a connu un succès mondial dès sa parution. Aux éditions La Martinire, 512 p.

-

ÉVÈNEMENTS MUSICAUX

1er février 2010 : 1er Grammy pour Dobet Gnaoré
« Artiste dans l’âme… Sa musique a par moment une certaine grandeur. Une grandeur étrange près d’un pouvoir occulte. Ses gestes, son regard. Sur scène, la métamorphose est vite perçue par les spectateurs. C’est justement cette attitude que rien ne peut remplacer et qui tient lieu de tout qui fait le charme de Dobet Gnahoret. La musique habillée par une authentique artiste ». Chanteuse, danseuse et percussionniste, Dobet a hérité de la force des traditions “bété” de son père Boni Gnahoré, maître percussionniste de la Compagnie Ki Yi Mbock d’Abidjan, dirigée par Werewere Liking-Gnepo. Elle est la première Ivoirienne à obtenir ce prestigieux Prix et la troisième Africaine après Miriam Makéba et Angélique Kidjo.

-

8 Mars 2010 : “Dakar – Kingston”, Du mbalax au reggae : la magie de Youssou Ndour
Grand représentant de la “world music”, l’artiste ne prend pas de risque avec “Dakar – Kingston” tant il est à son aise sur les rythmes jamaïcains. Au programme, l’un des Sénégalais les plus célèbres du monde de la musique revisite des standards du genre en y ajoutant son grain de voix si particulier. Dès le premier morceau, le chanteur donne le ton avec “Marley”, en hommage au roi du genre. S’il nous propose un voyage entre Dakar et Kingston, le chanteur n’en oublie pas la langue de Molière, notamment sur “Survie”. Youssou Ndour n’a pas fait le voyage seul en Jamaïque puisqu’il est également accompagné de Patrice, Ayo ou encore du groupe Morgan Heritage. “Dakar – Kingston” est définitivement un album à savourer pour son authenticité.

-

25 Mars 2010 : “NKolo”, le dernier Lokua Kanza
Un titre évoquant les émigrés qui rêvent toujours de rentrer un jour au pays, “Nkolo”, le titre éponyme du dernier album de Lokua Kanza a été poli entre Paris, Kinshasa et Rio de Janeiro. C’est un opus de douze plages musicales qui mettent en lumière les multiples influences de ce musicien voyageur. « Ma musique, c’est d’abord une musique pour l’humain, pour l’émotion, ce dénominateur commun qui nous rassemble tous. », affirme-t-il. Les notes de piano à pouce, les voix en boucle de la choriste Roselyne Belinga, son duo avec Fally Ipupa, tout ce mélange offre un tapis à ce séduisant troubadour africain. Cinq ans après le précédent, Plus vivant., Nkolo est le sixième album de Lokua kanza.

-

19 Juillet 2010 : “Afrique 50 ans de musique, 50 ans d’indépendances : 1960-2010”
50 ans de musique africaine ! Un coffret d’anthologie de 18 CD regroupant près de 250 titres enregistrés entre 1960 et 2010. De Kabasele à Mounira Mitchala en passant par Youssou Ndour, Mory Kanté, Alpha Blondy, voici la discothèque idéale pour tous les férus de musique africaine pour célébrer les 50 ans des « Soleils des Indépendances » en Afrique.

-

7 Aout 2010 : Compilation “50 ans d’indépendance musicale de la Côte d’Ivoire”
Encore un autre coffret d’anthologie pour célébrer les 50 ans d’indépendance de la Côte d’Ivoire. Conçu par David Monsoh, l’un des producteurs d’artistes les plus doués de sa génération, cette compilation de 50 titres présente la musique ivoirienne de ces cinquante dernières années. Grâce à ce coffret de 3 CD collector, des noms comme Les Sœurs Comoé, Allah Thérèse, 6ème Sillon, Lougah François, Dapley Stone, Mamadou Doumbia, Paul Wassaba, Jeanne Agnimel, Les oiseaux du monde, Guéï Victor et bien d’autres sont encore à l’ordre du jour.

-

14 Aout 2010 : Les “Frontières” de Yannick Noah
Il vient d’être élu pour la sixième fois consécutive, « personnalité préférée des français ». Alors forcément, un nouvel album de Yannick Noah reste un événement médiatique, que l’on adhère ou pas à son univers. “Frontières” n’est pas fait pour déboussoler le public. La formule « reggae-variété » initiée par Jil Kapler, un des faiseurs de tubes de Noah, en reste le fil conducteur. Toutefois, l’artiste s’autorise ici davantage de variations que dans les précédents. Plus offensif dans certains textes et fidèle à son équipe de winners (Jacques Veneruso, Gildas Arzel, Erick Benzi), Noah livre un huitième album plus éclectique, conçu pour sa prochaine tournée, mais sans grande innovation.

-

27 Septembre 2010 : Tiken Jah Fakoly sort “African Revolution”
Trois ans après “L’Africain”, Tiken Jah Fakoly revient avec “African Revolution”. Une vraie révolution artistique que mène le descendant de Fakoly sur son dernier album. Si le message n’a pas changé, toujours aussi empreint de militantisme et de revendications, les compositions qui l’accueillent tranchent avec le passé discographique du chanteur Ivoirien. En fait, Tiken Jah Fakoly est l’exemple type de musicien reggae qui est resté constant dans ses textes. Après 15 années de carrière et déjà 10 albums à son actif, Doumbia Moussa Fakoly alias Tiken Jah s’ouvre ainsi une nouvelle voie avec ces douze titres de belle facture sortie chez Universal Music.

-

8 Novembre 2010 : Le “Chateau Rouge” d’Abd Al Malik
Abd Al Malik, ex-rappeur chez N.A.P. (New African Poets), qui s’est fait connaître en solo il y a 4 ans en tant que slammeur avec “Gilbraltar”,  est de nouveau sur le marché du disques avec “Château Rouge”. Produit par le Canadien Gonzales, Château Rouge est un album varié, qui va de la musique africaine à la pop en passant par le rap, le ska et l’électro, avec lequel le rappeur de Strasbourg va au bout de l’idée chère à son cœur d’ouverture. De son vrai nom Régis Fayette-Mikano, Abd al Malik, est un rappeur, slameur et compositeur français d’origine congolaise, né dans le 14e arrondissement de Paris le 14 mars 1975. Il est également l’auteur de deux ouvrages, Qu’Allah bénisse la France (2005) et La guerre des banlieues n’aura pas lieu (2010) et lauréat de nombreuses récompenses dont les victoires de la musique en 2007, 2008, 2009 dans les catégories « Musiques urbaines ».

-

6 Décembre 2010 : “Universel” du Groupe 113
Déjà 5 ans après la sortie de leur dernier album “113 degrés”, Rim k , Ap et Mokobe sont de retour avec ce 4ème album évènement intitulé “Universel”. Composé de 16 titres aussi rythmés les uns que les autres, “Universel” est un album varié tant au niveau musical que sur le choix des thèmes ou des featurings et dans les idées.

-

ÉVÈNEMENTS CINÉMATOGRAPHIQUES

17 Avril 2010 : Décès de Sotigui Kouyaté
Griot et comédien de grande renommée internationale, Soyigui Kouyaté est considéré comme un des plus grands acteurs africains contemporains. Il est le père du réalisateur Dani Kouyaté et du conteur Hassane Kassi Kouyaté. Sa première apparition au grand écran date de 1972 dans le film FVVA : Femme, villa, voiture, argent de Mustapha Alassane et la dernière, en 2008 dans London River de Rachid Bouchareb. On le voit également dans une vingtaine de films dont Black Mic Mac de Thomas Gilou (1986), Golem, l’esprit de l’exil d’Amos Gitai (1992), Keïta ! l’Héritage du griot de Dani Kouyaté (1997) et Little Senegal de Rachid Bouchareb (2001). Soyigui Kouyaté meurt à Paris des suites d’une maladie pulmonaire et est inhumé à Ouagadougou.

23 Mai 2010 : Le cinéma africain récompensé à la 63ème édition du Festival de Cannes
De l’histoire du Festival de Cannes, jamais un film africain n’a obtenu à l’unanimité l’approbation du jury. Après 13 années de compétition, “Un homme qui crie n’est pas un ours qui danse” est le premier long métrage africain qui remporte un prix à cette prestigieuse cérémonie de récompense des talents cinématographiques. Le lauréat de ce prix, Mahamat-Saleh Haroun, est un Tchadien de 49 ans. Son film “L’homme qui crie” retrace l’histoire d’une double perdition : celle d’un homme face à son fils et celle d’un pays, le Tchad, qui connaît une instabilité politique chronique depuis des décennies.

-

27 Octobre 2010 : Sortie du film “Venus Noire” d’Abdellatif Kechiche
Synopsis : Paris, 1817, enceinte de l’Académie Royale de Médecine. « Je n’ai jamais vu de tête humaine plus semblable à celle des singes ». Face au moulage du corps de Saartjie Baartman, l’anatomiste Georges Cuvier est catégorique. Un parterre de distingués collègues applaudit la démonstration. Sept ans plus tôt, Saartjie, quittait l’Afrique du Sud avec son maître, Caezar, et livrait son corps en pâture au public londonien des foires aux monstres. Femme libre et entravée, elle était l’icône des bas-fonds, la « Vénus Hottentote » promise au mirage d’une ascension dorée…
Abdellatif Kechiche raconte dans ce film dramatique interdit au moins de 12 ans l’histoire de l’être qui habita ce cadavre, la “Vénus hottentote”. Originaire de la colonie du Cap, aujourd’hui province de l’Afrique du Sud, Saartjie Baartman, jeune femme d’ethnie khoisan, fut exhibée en Europe de 1810 à sa mort en 1815, à Paris. Le moulage de son cadavre fut exposé au Musée de l’homme, à Paris, jusqu’en 1974. Durée : 2 h 39 min.

-

ÉVÈNEMENTS SPORTIFS

31 Janvier 2010 : Les Pharaons règnent sur l’Afrique pour la septième fois
L’Égypte est sacrée championne d’Afrique de football pour la troisième fois consécutive en battant le Ghana, le 31 janvier. La 27ème Coupe d’Afrique des Nations, organisée en Angola, est aussi marquée par le mitraillage du bus des Éperviers togolais par des rebelles de l’enclave angolaise de Cabinda, quelques jours avant le début de la compétition. Deux membres de l’équipe sont tués.

-

10 Juin 2010 : Première fête mondiale de football en terre africaine
L’Afrique du Sud a réussi son pari. De la brillante prestation du Ghana au sacre de l’Espagne, de “Paul le Poulpe” aux controverses sur l’arbitrage… , la première Coupe du monde de football sur le continent africain a attiré 300 000 visiteurs étrangers et plus de trois millions de spectateurs entre le 11 juin et le 11 juillet, sans problème de sécurité majeur et sur les sons de vuvuzelas.

 

-

22 octobre 2010 : Le Roi Pélé fête ses 70 ans
Pelé a ce samedi 70 ans. Considéré comme le meilleur footballeur de tous les temps, le Brésilien fêtera son anniversaire en famille. Triple champion du monde, joueur du siècle, plus de 1000 buts inscrits en compétition, Pelé aura marqué l’histoire du sport.

-

20 Décembre 2010 : Samuel Eto’o Puissance 4
En devançant le Ghanéen Asamoah Gyan et l’Ivoirien Didier Drogba pour cette course du ballon d’or, Samuel Eto’o Fils a été désigné meilleur joueur africain de l’année pour la quatrième fois. A 29 ans, l’attaquant camerounais de l’Inter Milan (Italie) détient le record absolu du Ballon d’Or africain après avoir reçu le trophée en 2003, 2004 et 2005.

ÉVÈNEMENTS POLITIQUES

1er Janvier 2010 : 50 ans d’indépendance africaine
Le 1er janvier, le Cameroun ouvre le bal des célébrations du cinquantenaire de l’indépendance des 17 pays africains – dont 14 ex-colonies françaises – qui se sont affranchis du joug colonial en 1960. Du Sénégal à la Somalie, du Mali à Madagascar, les cérémonies se sont poursuivies à travers le continent tout au long de l’année.

-

12 Janvier 2010 : Séisme en Haïti
17 heures (heures locales), la désolation règne dans la capitale Port-au-Prince et sa région. Un séisme d’une magnitude de 7,3 vient de frapper Haïti. En moins de deux minutes, la majorité des bâtiments de la capitale se sont effondrés. Le bilan officiel fait état de près de 250 000 morts, de 300 000 blessés et d’1,2 million de sans-abris.

-

23 Octobre 2010: 3ème mandat pour Abdou Diouf à la tête de la Francophonie
Seul candidat en lice, l’ancien président sénégalais a été reconduit par acclamation pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) au course de son XIIIème sommet. Cela se passait à Montreux en Suisse, le samedi 23 octobre 2010, devant quelques soixante délégations, chefs d’Etat et de gouvernement qui ont pris part à ces travaux.

-

28 Novembre 2010: L’impasse en Côte d’Ivoire après le 2ème tour des présidentielles
Après cinq ans d’attente, l’élection présidentielle des 31 octobre et 28 novembre devrait ouvrir une nouvelle ère en Côte d’Ivoire. Mais à l’issue du scrutin, le pays se retrouve avec deux présidents et deux gouvernements : celui d’Alassane Ouattara, déclaré comme le président élu par la Commission électorale indépendante et reconnu par la communauté internationale, et celui de Laurent Gbagbo, proclamé vainqueur par le Conseil constitutionnel, le “juge” des élections en Côte d’Ivoire.