Suivez Nous

Édito Tintin au Congo… 

Firmin Koto | | Edito

firmin koto
Question à deux sous : Que faisait Tintin au Congo ? Au fond, c’est la réponse à cette interrogation qui nous servira de torche. À l’heure où les allusions racistes subtilement ventilées dans la plus célèbre des BD font remonter à la surface le “problème de l’homme Noir”, il est peut-être temps de se pencher sur le véritable “mobile du crime”. Pourquoi Tintin, qui semble si mal apprécier les us des ses hôtes congolais, s’est-il fendu d’un séjour chez ces “sauvages” ? D’abord, remarquons qu’il s’agit du Congo. Mais, en fait, le Congo n’est qu’un symbole. Car c’est de l’ensemble de l’Afrique dont il est question. L’interview de Mukuasa Ngoyi Joachin (opposant congolais en exil et Député provincial en Suède) que nous vous proposons ce mois-ci apporte une réponse claire et sans équivoque de ce que Tintin et ses semblables manigancent chaque fois qu’ils se rendent en Afrique : ils pillent !

Une fois que nous avons saisi la réalité de ce projet, tout apparaît sous un nouveau jour… Cela nous concerne en premier chef puisque l’un des plus grands obstacles à l’épanouissement de la culture en Afrique, c’est bien la mal gouvernance. Car, il ne faut pas l’oublier, le pillage est bien planifié, organisé et exécuté avec l’aide des “sous-préfets” locaux qui en cas de révolte mâtent la foule dans le sang. Ces pilleurs à gage locaux n’ont que faire des railleries, plaintes, journée “machin” et consort. Ils veulent juste qu’on les laisse faire leur besogne : piller tranquillement ! Tintin n’a fait qu’inventer la machine. Le véritable machiniste est encore sur le chantier. Alors, laisser Tintin reposer en paix !