Suivez Nous

Édito « Mi révolté ! »

Firmin Koto | | Edito

firmin koto
C’est ainsi que criait dans une de ses chansons Serges Kassy, reggae star en Côte d’Ivoire, pour exprimer le sentiment d’injustice qui l’assaille. Moi aussi, j’ai souvent envie de crier « mi révolté !». Et ce ne sont pas les raisons qui manquent. Tenez ! La mort d’un révolté, par exemple : voilà de quoi me révolter. Sembène Ousmane, qui fut tour à tour écrivain puis cinéaste hors pair, a tiré sa révérence avant la fin du dénouement. L’Afrique ne s’est pas encore dépêtrée de ses nombreuses emmerdes et voilà qu’une des voix les plus bruyantes à dénoncer ses détracteurs disparaît. En général, quand mon personnage meurt dans le film, je me casse. Mais, je ne ferai pas une telle fleur à ceux qui n’attendent que ça. Cette fois, je resterai pour gueuler. Et je le ferai à ma façon : je donnerai la parole aux autres révoltés qui sont encore debout !

L’Interview que nous a accordée Sidiki Bakaba, comédien-acteur et grand homme de culture vous donnera un aperçu de qui était Sembène Ousmane. Une boule de nerf avec la plume dans une main et une caméra dans l’autre, prêt à se battre. Mais ce n’est tout, car nous vous offrons une autre pépite : Paco Sery, l’un des meilleurs instrumentistes que l’Afrique ait jamais donné au monde. Celui à qui on accorde le génie de recréer le son qu’émet au décollage un avion Concorde grâce à deux baguettes … Mais attention, sous son talent fou se cache un autre « révolté ». Ce mec a des reparties aussi tranchantes que ses coups de baguettes détonnent sur un jeu de batteries. Je n’en dirai pas plus. Bon appétit !