Suivez Nous

Edito Garba 50 francs 

Firmin Koto | | Edito

firmin koto
Dans ce pays situé en Afrique de l’ouest, la Côte d’Ivoire, le garba est un mets bien connu de tous. Il est fait à base de semoule de manioc appelé attiéké et servi avec du thon frit.

Le garba ne coûte pas cher et, de ce fait, est très prisé dans ce pays qui sort à peine d’une crise politico-militaire ruineuse. Ce qu’il faut savoir, c’est que la Côte d’Ivoire est un pays essentiellement agricole et le manioc y pousse presque partout. Le thon n’est pas non plus ce qui y manque puisque le pays est en bonne place parmi les plus grands producteurs au monde. Disons que le garba est le symbole de l’instinct créatif d’une population qui se bat pour ne pas mourir de faim. Même si, il est vrai que, certains ont vite fait d’y voir le signe d’une reprise économique…

Pour autant, tout le monde n’a pas toujours 50 francs CFA (environ 0,08 euro) pour s’offrir un plat de garba. Sans « poisson thon », comme on le dit à Abidjan. C’est de ceux-là, tout ce beau monde loin derrière le seuil de pauvreté, que le groupe de rap GARBA 50 veut se faire la voix. Évidemment, dans un tel contexte, on ne peut que battre les records de suffrages : les moins nantis sont toujours les plus nombreux. Mais le groupe a réellement du talent, et nous vous invitons à le découvrir !

D’un autre côté, il y a Dani Kouyaté. Ce cinéaste burkinabé, récemment installé à Stockholm, n’est pas loin de ceux qui se battent tous les jours pour porter loin la voix de l’Afrique, alors qu’on assiste à la démission collective des politiques au plan culturel. Dans cette neuvième édition de votre magazine préféré, il invite les pouvoirs africains à plus de responsabilité. Idem pour la belle Debbie qui fait la « UNE » de ce numéro, et dont l’agence débusque, recrute et fait la promotion sur les meilleures scènes du monde de top modèles en devenir issus du continent noir.

Cette ligne de front, 100pour100culture la connaît bien puisqu’il la pratique depuis neuf mois déjà et qu’il en a fait quasiment sa ligne éditoriale. À savoir servir de plate-forme aux hommes et femmes qui ont compris que la culture, plus que l’agriculture, est la première ressource de l’Afrique. D’ailleurs, il n’y a qu’à faire un tour dans les musées des capitales européennes pour s’en convaincre.

Le 29 mars 2008 prochain, à Stockholm (Suède), auront lieu les festivités marquant le premier anniversaire de votre magazine de l’actualité culturelle. La crème des artistes et créateurs de notre époque s’y donnera rendez-vous pour se donner la main et célébrer les arts de la scène et du spectacle. D’ici là, vous serez bien inspirés de déguster ce nouveau numéro, qui vous réserve bien des surprises agréables. Bonne fête de Noël !