Suivez Nous

L’APPEL DE SA MAJESTÉ TCHIFFI ZIÉ JEAN GERVAIS AUX AFRICAINS DE LA DIASPORA DEPUIS TRIPOLI : « L’unité de l’Afrique est un impératif  »

Atse Ncho De Brignan | | Diaspora

-
Le 15 janvier 2011, l’ensemble des Chefs et Rois africains s’est retrouvé à Tripoli en Lybie pour parler des problèmes africains ; une sorte de démocratie à l’africaine. A cette rencontre, Sa Majesté Tchiffi Zié jean Gervais qui est le Secrétaire Général du Forum des Rois, Sultans, Cheicks, Princes, Chefs Traditionnels et Sages d’Afrique est intervenu pour fustiger l’impérialisme occidental et en a profité de la même occasion pour interpeler les Africains de la diaspora, partout où ils (re)trouvent à réécrire l’histoire de l’Afrique à partir de ses traditions qui sont pour lui un gage de progrès.

Après cet autre grand rendez-vous du destin de l’Afrique qui a eu lieu à Bengazi en Août 2008 portant création du Forum des Rois, Sultans, Cheicks, Princes et Chefs coutumiers africains, en marge des festivités marquant le 39ème anniversaire de révolution Libyenne, c’est encore en Lybie, cette fois-ci dans sa capitale Tripoli que les têtes couronnées ont réfléchi sur l’avenir du continent noir. Le Secrétaire de cette organisation, en l’occurrence sa Majesté Tchiffi Zié jean Gervais, dans sa déclaration a lancé un appel à ses frères Africains en ces termes : « Cher frère de la Diaspora, l’âme africaine vit en vous. Il est temps que l’Afrique à travers ses enfants redresse la tête en commençant à réécrire son histoire déformée et tronquée par les colons pour les besoins de la cause qui a été de déprécier nos valeurs afin de leur substituer les leurs. »

Pour lui si l’Occident a eu besoin de nier la civilisation des Africains afin de leur imposer la sienne, il est temps que les Africains brandissent leurs valeurs et d’en faire le fer de lance de leur quête de progrès, car aucun peuple ne peut se développer avec les valeurs des autres. A cet effet, sa Majesté se veut plus explicite : « l’un des plus grands défis que l’Afrique doit relever, si elle veut se libérer et prendre son destin en main est bel et bien celui de la gouvernance. Le Japon, la Chine n’ont pas copié l’occident aveuglement pour prospérer. L’Afrique des pharaons n’a pas eu besoin de l’occident pour dominer le monde de son époque, l’Afrique des grands empires ne s’est pas servie du modèle occidentale pour exister. ». Pour que l’Afrique aille de l’avant, il faut qu’elle ait besoin de ses tradition pour s’affirmer, dit-il, car pour Tchiffi Zié, « sans tradition, il n’y a pas de société humaine. Toute société pour se perpétuer a besoin nécessairement de traditions qui justifient sa particularité existentielle. »

Enfin, pour lui, l’idée de la naissance du forum des Rois et des Chefs coutumiers africains témoigne que l’âme africaine n’est pas morte. Pour ce faire, son Secrétaire Permanent parcourt le continent d’Est en Ouest, du Nord au Sud pour exhorter les décideurs et les pouvoirs publics à se mettre au dessus des intérêts des Nations pour voir l’intérêt de l’Afrique entière. « Nous consacrons trop de temps à la politique politicienne qui nous divise et nous fragilise. Les Africains doivent prendre conscience de toutes leurs responsabilités, dans la situation du continent. Ils se doivent de relever la tête. Chaque peuple a son génie propre. Et l’Afrique n’est pas dépourvue de génies créateurs. C’est pourquoi, l’unité de l’Afrique est donc un impératif. Les Rois et autres Leaders traditionnels ont le devoir de montrer à leurs « enfants » la voie à suivre, conclut-il.