Suivez Nous

Axel Foley : entre rébellion et réinvention, « Le flic de Beverly Hills » revient

Alexandre Martin | | Cinéma

Le Flic de Beverly Hills a fait d’Axel Foley, incarné par Eddie Murphy, un héros incontournable des années 80. Trente ans plus tard, avec le nouveau film Le Flic de Beverly Hills : Axel F, le personnage doit s’adapter à une époque où les flics ne sont plus simplement des héros sans reproche. Ce reboot promet une exploration des nuances entre bon et mauvais flic, tout en gardant l’esprit rebelle d’Axel Foley.

Axel Foley est-il toujours un bon flic ?

« Vous avez foiré un mensonge parfaitement valable », lance Axel Foley, interprété par Eddie Murphy, à deux policiers de Beverly Hills dans le film à succès de 1984 Le Flic de Beverly Hills. Foley, un policier de Détroit menant sa propre enquête en Californie, vient de convaincre deux policiers locaux de se joindre à lui dans un club de strip-tease, où il a déjoué une tentative de vol. Couvrant tout le monde, il dit au lieutenant du BHPD que ce sont les « super flics » Billy Rosewood (Judge Reinhold) et John Taggart (John Ashton) qui ont fait l’arrestation. Lorsque les policiers, déconcertés, admettent que Foley a tout fait, Foley est déconcerté. « J’essaie de vous comprendre, mais je n’y suis pas encore parvenu », dit-il. « Mais c’est cool. »

Il est difficile de surestimer la célébrité d’Eddie Murphy grâce au premier film Le Flic de Beverly Hills. Le film a été en tête du box-office pendant 13 semaines consécutives, de décembre 1984 à mars 1985, et est devenu le film classé R le plus rentable de l’histoire.

Murphy a fait un retour triomphal en tant qu’animateur de Saturday Night Live ; il a rapporté des tonnes d’argent à Paramount ; il a sorti un album si sérieux que la photo de couverture – Eddie adossé à un piano blanc – a été prise par Annie Leibovitz. (Il était si populaire que même la sortie de l’exécrable chanson « Party All the Time » n’aurait pas pu le rendre moins populaire.)

Le film qui a permis tout cela est l’un des plus grands succès hollywoodiens de tous les temps, un film conçu sur mesure pour mettre en valeur les points forts d’Eddie Murphy : ses plaisanteries à la langue bien pendue, son intelligence de col bleu, sa bonne humeur, son sang-froid. Il a fait tout cela tout en faisant de lui l’icône de la dureté du cinéma des années 1980 : le flic non-conformiste.

La noirceur d’Axel Foley est habilement interprétée par les flics au pain blanc qu’il rencontre à Beverly Hills. Foley sait comment ils font les choses à Détroit, alors quand il atterrit dans le monde imaginaire de Beverly Hills, il se donne pour mission d’enseigner à la police ce qu’il faut pour résoudre un vrai crime dans une vraie ville.

Vous ne vous souvenez peut-être pas de cela comme vous vous souvenez des malapropismes de Serge ou du rire contagieux de Murphy, mais l’arc narratif du premier Beverly Hills Cop est, littéralement, celui de Foley démontrant aux policiers de Beverly Hills le pouvoir d’enfreindre les règles : s’introduire dans des entrepôts sans mandat, désobéir aux ordres directs, faire irruption dans une maison avec une arme à la main et dissimuler toutes les fautes qu’il a commises en combattant un propriétaire de galerie d’art qui trafiquait de la drogue. Après la fusillade qui culmine dans le film, Foley félicite ce même lieutenant du BHPD, non pas pour avoir sauvé des vies, mais pour avoir menti comme un dingue au chef.

Les premières suites ont maintenu l’affirmation de l’original selon laquelle le travail de la police, lorsqu’il est effectué correctement, c’est-à-dire sans tenir compte des réglementations guindées, est une force du bien. Dans Le Flic de Beverly Hills II, sorti en 1987, Foley, Rosewood et Taggart sont obligés de faire face à un bureaucrate nommé chef de la police, un crétin qui, tout le monde s’accorde à dire, ne connaît rien au vrai travail de la police. (Malgré son ingérence, les deux amis flics parviennent quand même à déjouer un réseau de cambriolages et à tuer tous les méchants.) Dans Le Flic de Beverly Hills III, sorti en 1994, les méchants sont un agent des services secrets corrompu et le chef de la sécurité corrompu d’un parc d’attractions, mais les flics eux-mêmes se battent avec acharnement, en mitraillant les gardes de sécurité, etc., pour les faire tomber.

Une Nouvelle Ère pour Axel Foley

Trente ans plus tard, Le Flic de Beverly Hills : Axel F marque une époque totalement différente pour les policiers à l’écran. De nos jours, il est difficile d’imaginer un studio concevoir un véhicule pour une jeune star noire en devenir dans lequel il incarnerait un policier. Un super-héros ? Bien sûr. Un type avec un badge et une arme ? Pas question. Et à une époque où les projecteurs sur les policiers ne mettent pas en avant leur héroïsme mais révèlent leurs défauts, Axel F devient le premier film de la série à envisager l’idée révolutionnaire selon laquelle les policiers qui mentent et dissimulent leurs méfaits peuvent être mauvais.

La séquence d’ouverture d’Axel F présente Axel Foley moins comme un agent de police que comme une mascotte de la ville de Détroit, conduisant sa voiture pourrie, saluant ses copains dans la rue et se laissant aller aux ennuis des enfants avec bonne humeur. Après la fusillade et la course-poursuite de rigueur du début, le chef de Foley, joué par Paul Reiser, qui souffre depuis longtemps, se jette sur son épée pour sauver la carrière d’Axel, non pas parce qu’il pense que Détroit a besoin de l’agent Axel Foley, mais parce qu’il pense qu’Axel Foley a besoin de ce poste. Foley est peut-être un dinosaure de flic, mais il n’a rien d’autre dans sa vie.

Foley retourne en Californie parce que son ami Rosewood lui apprend que sa fille, Jane (Taylour Paige), est en difficulté. Elle est avocate et tente d’innocenter un tueur de flics accusé d’avoir été victime d’un coup monté. Rosewood est d’accord et s’est brouillé avec le chef, son ancien partenaire Taggart, à cause des accusations de corruption d’une unité spéciale de lutte contre les stupéfiants dirigée par Cade Grant (Kevin Bacon).

L’histoire du film, écrite par l’ancien détective de Los Angeles Will Beall, est à la fois alambiquée et aussi simple que possible. Au fil des rebondissements, nous ne doutons pas une seconde que Jane et Rosewood aient raison. Dès sa première apparition à l’écran, Bacon est incroyablement peu fiable (« C’est le premier capitaine de police que je vois porter des chaussures Gucci à 2 000 dollars », observe Foley.) Rosewood et Taggart étant pour la plupart mis à l’écart en raison de leur âge et de leur méconnaissance, le film donne à Cade Grant une force opposée au sein du BHPD sous la forme de Bobby Abbott (Joseph Gordon-Levitt), un détective éclairé et respectueux des règles qui tente de démêler l’affaire de meurtre et qui est prêt à suivre les preuves là où elles mènent.

Si l’arc dramatique du Flic de Beverly Hills était celui d’Axel enseignant à Rosewood et Taggart qu’il est acceptable de mentir parfois quand on est flic, qu’on n’est pas obligé de tout faire selon les règles, l’arc dramatique du Flic de Beverly Hills : Axel F est celui d’Axel découvrant le pouvoir presque incontrôlé d’un flic prêt à mentir sur tout. Un flic corrompu en position de pouvoir peut rendre la vie de beaucoup de gens difficile : le bouc émissaire coincé en prison, accusé d’un crime qu’il n’a pas commis ; Jane, pendue par la fenêtre par des hommes masqués ; Foley lui-même, pris en embuscade dans une rue de Los Angeles par des hommes armés envoyés par Grant. Lorsque Foley demande à Grant de lui parler des voyous indépendants qu’il emploie pour ses basses besognes, Grant sourit et rappelle à Foley la créativité policière dont il a fait preuve dans son histoire. « Tu sais de quoi je parle, Axel, dit-il. Tu n’es pas un enfant de chœur. » Grant affirme qu’il subit une pression énorme pour résoudre le meurtre d’un des officiers de son unité spéciale, et que fera-t-il pour obtenir les preuves nécessaires ? « Je ferai tout ce qu’il faudra », dit-il. Il faudra cacher de la drogue dans la voiture de Bobby Abbott, il faudra kidnapper Jane, il faudra torturer Billy Rosewood.

Un Combat Entre Deux Époques

Ce n’est pas qu’Axel Foley ignore le concept de mauvaise conduite policière. (Lorsqu’il se fait arrêter par des policiers qui lui ordonnent de ne pas sortir son badge, il s’amuse à dire : « Je suis flic depuis 30 ans. Je suis noir depuis bien plus longtemps. Croyez-moi, je sais mieux que ça. ») C’est qu’il fait – comme le film – une distinction entre un vrai mauvais flic et un bon mauvais flic qui enfreint parfois toutes les règles, mais pour les bonnes raisons. C’est une distinction délicate à établir, et elle ne fait pas le poids face aux exigences de la comédie d’action à l’ancienne. Au moment où Foley et ses deux partenaires, Bobby et Billy, mènent une course-poursuite policière effrénée sur les autoroutes de Los Angeles, le film s’amuse comme un fou. « Je n’ai jamais été dans une course-poursuite de ce genre auparavant », marmonne Abbott. « C’est un goût acquis », dit Rosewood, souriant comme un fou. « Est-ce qu’il t’a déjà emmenée dans un club de strip-tease ? »

Dans le dernier face-à-face du film, alors que Foley et Grant se pointent mutuellement une arme, Grant tente d’effacer une fois pour toutes la distinction qui les sépare. « Nous ne sommes qu’une paire de vieux flics solitaires », dit-il. « Qu’allons-nous faire ? Nous entretuer ? Quel est l’intérêt de tout ça ? » « Personne n’essaie d’écouter ce que tu racontes », aboie Foley. « Tu n’es pas un flic. Tu es un criminel ! »

En 2024, nous ne sommes pas convaincu que tant de spectateurs seront intéressés par l’analyse des différences entre Axel Foley et Cade Grant. Trois décennies se sont écoulées depuis le dernier film du Flic de Beverly Hills, assez longtemps pour que les spectateurs aient une vision radicalement différente de la police – bon sang, assez longtemps pour que le véritable policier qui a joué le patron d’Axel Foley soit lui-même accusé d’être un flic corrompu.

Le Flic de Beverly Hills : Axel F sera sans doute un succès pour Netflix, attirant un public avide de nostalgie – une nostalgie que le film sert volontiers. Il est nostalgique de l’époque des grandes stars de cinéma dont la personnalité peut porter tout un film. Il est nostalgique des grandes fusillades des années 1980, où nos héros abattaient des méchants armés de mitraillettes avec une visée de précision. Surtout, malgré ses gestes envers le présent compliqué, il est nostalgique d’une époque où le public croyait qu’il pouvait exister un bon méchant flic.

Alexandre Martin

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,