Suivez Nous

Avec son système d’exploitation “Aurora”, la Russie s’apprête à voler au secours du géant chinois Huawei

Arsene DOUBLE | | Technologie

Placé sur la liste des entreprises étrangères avec lesquelles les groupes américains n’ont pas le droit d’échanger la technologie, l’imposant groupe chinois Huawei pourrait se doter du système d’exploitation russe “Aurora” pour ses futurs produits, selon le vice-ministre russe des Communications.

Déjà, la menace des sanctions américaines pèse sur le futur smartphone haut de gamme de Huawei, le “Mate 30”. L’appareil pourrait se voir priver de la version enrichie d’Android avec les applications embarquées telles que Google Maps, Gmail ou YouTube. Pour aider le groupe chinois à se prémunir contre les sanctions américaines, la Russie s’est dite prête à intégrer le système d’exploitation russe “Aurora” sur les appareils Huawei.

Le vice-ministre des Communications Mikhaïl Mamonov, cité par les médias locaux, a tout de même fait savoir que la Russie en discutera dans ce mois de septembre avec le gouvernement chinois. « Nous allons certainement en discuter avec nos collègues chinois en septembre…», a déclaré le vice-ministre des Communications russes Mikhaïl Mamonov.

Développé en Russie, Aurora est une version hybride du système d’exploitation “Sailfish OS” basé sur le noyau “Linux” et développé par la société finlandaise Jolla. Elle appartient à l’opérateur téléphonique et Internet russe Rostelecom.

Selon Mikhaïl Mamonov, l’installation d’Aurora sur les appareils Huawei pourrait notamment intéresser les fonctionnaires des pays membres du groupe BRICS- acronyme anglais désignant un groupe de cinq pays, dont le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, qui prennent une part de plus en plus importante au niveau de l’économie mondiale-. Auparavant, les médias russes avaient rapporté que Moscou étudiait la possibilité d’acheter 360.000 tablettes Huawei pour les besoins d’un recensement national.

 

Arsène DOUBLE