Suivez Nous

Kevin Tiono, Directeur département Tic chez Intermédiaire Consulting : « Avec Intermédiaire Consulting, nous allons dans un premier temps avoir des projets de transformation digitale… »

Arsene DOUBLE | | Technologie

Kevin Tiono, Directeur département Tic chez Intermédiaire Consulting

InterMédiaire Consulting est une agence de communication et relations publiques qui exerce dans le secteur du lobbying inter-continental et sous-régional. Elle évolue notamment dans les domaines de l’environnement, la santé, l’agriculture, la communication, l’édition, la production et autres. Basée à Stockholm en Suède depuis avril 2009, celle-ci a une représentation à Abidjan en Côte d’Ivoire depuis janvier 2019. Face aux enjeux de la mondialisation et du dynamique besoin actuel de la Scandinavie, avec le reste du monde et l’Afrique de l’ouest d’ériger un pont économique et culturel entre eux, InterMédiaire Consulting s’assigne pour mission de proposer son expertise en développement durable en Afrique de l’Ouest. Lors d’une interview accordée à 100pour100culture mardi 22 octobre dernier à Abidjan, Kevin Tiono, Directeur département Tic chez Intermédiaire Consulting, en mission à Abidjan, a fait mention de la portée de la transformation digitale en Côte d’Ivoire. Fort de son expérience en informatique, le Directeur département Tic d’Intermédiaire Consulting et son équipe comptent digitaliser les fonctionnalités manuelles des entreprises multisectorielles de son pays natal, la Côte d’Ivoire.

Veuillez vous présenter à nos lecteurs

Je suis un jeune passionné d’informatique depuis tout petit. Je suis né et grandi en Côte d’Ivoire. Après ma classe de terminale (scientifique) au pays, je pars faire 2 ans en Maths-Physique informatiques à Dakar et 3 ans de cycle ingénieur en France.  Je peux me définir comme étant un jeune cadre dynamique qui est passionné des nouvelles technologies de l’information et de communication et qui considère que le salariat n’est pas la seule voie de réussite. Il y a beaucoup d’exemple qui illustrent que des personnes, qui n’ont pas forcément eu de grands diplômes, sont aujourd’hui à la clé de fortunes mondiales. Il serait intéressant de plutôt mettre l’accent, au niveau de l’éducation, sur ce volet de l’entreprenariat, qui manque réellement à l’Afrique. C’est dans ce sens que mes expériences que j’ai eues, de ma sphère professionnelle et de ma sphère relationnelle, m’ont renvoyé dans mon pays natal, qui est la Côte d’Ivoire, dans le but d’entreprendre des projets de nouvelles technologies d’information et de communication.

Vous vivez présentement en France, où vous avez déjà certainement travaillé. Pouvez-vous nous parler de votre carrière professionnelle ?

En Europe, j’ai eu à travailler dans des sociétés multinationales de télécommunication. J’étais développeur web. J’ai eu à travailler sur des outils qui étaient “world wide”, qui couvraient un certain nombre de pays. Ce sont en fait les filiales de ces multinationales. Ils avaient par exemple besoin d’outils qui font des inventaires réseaux. Pendant 2 ans, j’ai été chez Orange. Après, je me suis retrouvé à SNCF (ndlr : Société Nationale des Chemins de fer Français), dans le domaine des réseaux.

Quelle fut votre plus belle expérience ?

La plus belle expérience, l’action la plus marquante de ma carrière, c’était chez Orange sur un projet « world wide ». Il y avait beaucoup de retards sur certains projets, à cause du manque de qualification et des prestations de services qui étaient faites à l’époque. Et moi en tant que junior, j’étais venu chez Orange pour être un support aux développeurs, qui étaient sur le projet. Puis, il s’est trouvé que ces développeurs ont dû finir leurs contrats parce qu’ils ne répondaient plus au besoin du client. Le projet était en retard.

Vu que j’étais le seul qui avait suivi un tout petit peu le projet, ma responsable est venue vers moi et m’a fait savoir qu’elle n’a plus de budget. Elle me demande si je peux réaliser le projet, sachant que j’en disposais d’autres. Je lui donne l’assurance de le faire, tout en ayant conscience de la délicatesse du projet. Bien que je fusse moi aussi en fin de contrat de professionnalisation, une sorte de stage, et encore junior, j’accepte de le faire. Heureusement, je parviens à le réaliser en un mois. L’entreprise et toutes les personnes, à qui le projet a été présenté, ont été satisfaites et fières de moi. Grande a été ma fierté, ce jour-là.

A vous entendre, vous êtes non seulement un passionné d’informatique, mais aussi un expert en développement web. Qu’est-ce que la transformation digitale ?

La transformation digitale peut se définir, pour moi, comme un ensemble de méthodes et de pratiques qui permettent aujourd’hui d’automatiser et transformer par exemple les processus manuels, peu importe le secteur dans lequel on est, de telle sorte qu’il n’y ait plus ou très peu d’implications humaines en ce sens. C’est pourquoi on parle souvent de digitalisation dans le sens où ces processus seront digitalisés de telles sorte qu’ils puissent être fait de manière fonctionnelle par les IHM (ndlr : Interfaces Homme-Matériel), qui sont des interfaces hommes Machines.

En tant que Directeur département Tic chez Intermédiaire Consulting, vous devez faire face à un défi, à savoir amener les entreprises multisectorielles ivoiriennes à s’inscrire dans la dynamique de la transformation digitale.  Comment allez-vous relever ce défi ?

Avec Intermédiaire Consulting, nous allons dans un premier temps avoir des projets de transformation digitale. En ce sens-là, nous allons essayer de parcourir un tout petit peu l’ensemble des entreprises de Côte d’Ivoire, où il y a des besoins de digitalisation.  Et nous allons avoir des projets de refontes digitales, qui permettent aujourd’hui d’automatiser beaucoup de tâches, notamment au niveau des IOT (Internet of Things), c’est-à-dire des objets connectés, par exemple. Prenons le cas de l’agriculture, on sait tous que l’agriculture est très manuelle, même s’il existe aujourd’hui des machines qui permettent d’industrialiser cette agriculture, il y a aussi une partie qui peut être digitalisée avec Internet of Things, c’est un ensemble d’objets connectés qui peuvent permettre d’automatiser plusieurs tâches.

Il existe plusieurs domaines, peu importe le secteur, dans lesquelles Intermédiaire Consulting peut intervenir. Dans le sens où nous pouvons aujourd’hui digitaliser un peu tout un panel de fonctionnalités aujourd’hui manuelles pour les entreprises.

Un mot de fin sur la mission d’Intermédiaire Consulting en Côte d’Ivoire ?

Intermédiaire Consulting que je représente aujourd’hui va permettre véritablement de faire ressortir le maximum de potentiels et d’expertises digitales qui est aujourd’hui à l’étranger, au travers de moi-même ma personne et au travers de nombreux partenariats qui permettront de lier toute l’expertise par exemple de la Suède, de la France et de la  Côte d’ivoire. Et en ce sens, nous avons de nombreux projets qui vont venir et qui permettront d’avoir un aspect pluridimensionnel, au niveau de tout ce qui est transformation digitale.

 

Arsène DOUBLE