Suivez Nous

Ariane 6 : Un premier Vol réussi pour la fusée Européenne

Issa Kone | | Technologie

L’Europe retrouve enfin son accès autonome à l’espace grâce au vol inaugural réussi de la fusée Ariane 6. Après la fin de l’exploitation d’Ariane 5 en juillet 2023, l’Europe était privée de moyens d’accès indépendant à l’espace.

Le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), Joseph Aschbacher, a qualifié ce moment de « jour historique pour l’ESA et pour l’Europe ». Le mardi 9 juillet, Ariane 6 a réussi à mettre en orbite les micro-satellites qu’elle transportait, marquant ainsi un début prometteur pour cette nouvelle fusée européenne.

Bien que le lancement ait été retardé d’une heure en raison d’un problème mineur, la fusée de 56 mètres a finalement décollé à 21 heures (heure de Paris) depuis son pas de tir de Kourou, en Guyane. Emmanuel Macron a salué ce succès sur X dans la soirée en déclarant : « Le premier lancement d’Ariane 6 est un succès ! ». Toutefois, la réussite complète de la mission sera confirmée lorsque l’étage supérieur de la fusée retombe dans l’atmosphère, prévu environ trois heures après le lancement.

Ce vol inaugural d’Ariane 6 est important pour les Européens afin de rester compétitifs face au géant américain SpaceX, qui lance ses fusées réutilisables Falcon 9 environ deux fois par semaine. Depuis la fin d’Ariane 5, l’Europe était sans lanceur indépendant.

Pour ce premier vol, Ariane 6 ne transportait pas de satellites majeurs de ses clients habituels. À bord, se trouvaient des expériences scientifiques et des microsatellites d’universités, notamment le Projet PariSat de l’École nationale supérieure de l’électronique et de ses applications. En tout, Ariane 6 transportait 18 « passagers », dont huit cubesats (petits satellites de la taille d’une boîte de chaussures) et une masse inerte de deux tonnes simulant les satellites Galileo, le système de géolocalisation européen, plus précis que le GPS.

Ce lancement réussi marque le début d’une nouvelle ère pour l’Europe dans la conquête de l’espace.

Issa Koné

Mots-clefs :