Suivez Nous

Wendy Okolo, l’une des rares femmes noires titulaires d’un Doctorat en Génie aérospatial

Arsene DOUBLE | | Société

Originaire du Nigéria, première puissance économique d’Afrique, Wendy Okolo est l’une des premières femmes noires à obtenir un doctorat en génie aérospatial. La star nigériane, âgée de 30 ans, est ingénieure en recherche aérospatiale au Centre de recherche Ames, l’un des centres spatiaux de la National Aeronautics and Space Administration (NASA) dans la Silicon Valley. En cette année 2019, elle a remporté le prix BEYA Global Competitiveness Conference pour l’ingénieur le plus prometteur du gouvernement des États-Unis.

Ni son sexe, ni sa couleur de peau, n’ont été des obstacles majeurs dans sa vie professionnelle. La nigériane Wendy Okolo, 30 ans, fait partie des premières femmes noires à obtenir un doctorat en génie aérospatial de l’Université du Texas à Arlington en 2010 et 2015 respectivement. La star nigériane est ingénieure en recherche aérospatiale au Centre de recherche Ames, l’un des centres spatiaux de la National Aeronautics and Space Administration (NASA), agence américaine chargée du programme spatial civil et de la recherche aéronautique et aérospatiale, dans la Silicon Valley. En cette année 2019, elle a remporté le prix BEYA Global Competitiveness Conference pour l’ingénieur le plus prometteur du gouvernement des États-Unis.

A la NASA, précisément au Centre de recherche Ames, Wendy mène des recherches sur les applications des systèmes de contrôle et la surveillance de l’état des systèmes et élabore des solutions aux problèmes d’ingénierie aérospatiale liés aux applications des systèmes de contrôle en tant que membre de l’équipe de diagnostic et de pronostic de DaSH.

Issue d’une famille de six personnes, Wendy Okolo a décroché son baccalauréat et doctorat en génie aérospatial de l’Université du Texas à Arlington en 2010 et 2015 respectivement. La femme, aujourd’hui âgée de 30 ans, n’avait que 26 ans lorsqu’elle est devenue la première femme noire à obtenir un doctorat en génie aérospatial de l’Université du Texas à Arlington.

Durant ses études de premier cycle, elle faisait partie d’« African Student Society » de l’Université du Texas à Arlington. Elle a été aussi présidente de la société des femmes ingénieures de l’université.

Cette période a également été marquée par un stage d’été de deux ans, qu’elle a effectué auprès de Lockheed Martin, qui travaillait sur la sonde Orion de la NASA. Elle a exercé, d’abord, au bureau de gestion des exigences en ingénierie des systèmes, puis au sein de l’équipe Mécanismes de hachures en ingénierie mécanique.

En tant qu’étudiante diplômée, elle a travaillé comme chercheuse d’été de 2010 à 2012 au sein de la Direction de la conception et de l’analyse des contrôles du Laboratoire de recherche de la Force aérienne (AFRL) à la base aérienne Wright Patterson.

Sa thèse portait sur le vol en formation d’aéronefs en tant que méthode de vol économe en carburant, au sein du laboratoire de conception de systèmes de commande assistée par ordinateur. Plus précisément, elle a utilisé d’autres mécanismes de compensation, tels que le transfert interne de carburant et la poussée différentielle pour compenser les moments aérodynamiques induits sur l’aéronef de piste, réduit le besoin de déviation de l’effecteur de contrôle entraînant la traînée et augmente les avantages du vol en formation.

Cette recherche a été financée par l’AFRL, le Bureau de la recherche scientifique de l’armée de l’air (AFOSR), l’Institut américain de l’aéronautique et de l’astronautique (AIAA), le Consortium de subventions spatiales du Texas (TSGC), Zonta International et l’Université du Texas à Arlington.

Selon The Cable, presse en ligne nigériane, Okolo a raconté qu’elle avait piloté l’avion le plus rapide au monde, qui volait d’un océan à l’autre en 67 minutes. « J’étais persuadée que ces gars-là étaient si intelligents. Qu’est-ce que je vais rapporter ? J’ai commis une erreur dans le code des systèmes et je l’ai corrigée, ce qui a permis de réparer le syndrome de l’imposteur pendant un moment. » a-t-elle déclaré.

Pour Wendy Okolo, ses sœurs Jennifer et Phyllis sont à l’origine de ses exploits. Elle les prend pour ses héros, révélant qu’elles avaient enseigné la biologie et d’autres sciences.

Aujourd’hui, la lauréate 2019 du prix BEYA Global Competitiveness Conference pour l’ingénieur le plus prometteur du gouvernement des États-Unis, encourage les jeunes filles à poursuivre leurs rêves dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM).

 

Arsène DOUBLE