Suivez Nous

“Une toile pour la paix”, une initiative du web journaliste Raymond Alex Loukou pour prôner la paix

Irene COULIBALY | | Société

Pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire, le web-journaliste Raymond Alex Loukou lance le projet “une toile pour la paix”, qui vise à sensibiliser la jeunesse à la culture de la paix via l’art visuel notamment la peinture. Ce passionné de l’art, compte sur un même espace réunir 30 enfants issus de différentes communes de Côte d’Ivoire dont l’âge varie entre 07 et 17 ans pour une formation. Au terme de cette formation, 30 différentes toiles et 2 autres peintes collectivement, de dimensions plus grandes seront exposées à un vernissage.

Le projet fonctionne comme suit : « Lorsque la commune sollicitée adopte le budget relatif à l’exécution du projet, l’équipe se rendra dans ladite commune pour mettre à exécution ce projet. Pendant donc une semaine, les 30 enfants dont l’âge varie de 07 à 17 ans seront formés aux notions de paix à travers les tableaux d’art », a-t-il expliqué. L’artiste plasticien ivoirien Djeka sera en charge de réaliser ce travail. Au terme du vernissage, les travaux des enfants formés sera mis en lumière à travers une exposition. L’une des toiles peintes collectivement sera offerte à la commune-hôte et l’autre conservée pour une exposition finale après que la caravane ait sillonné plusieurs autres communes.

Les recettes de ces différentes expositions seront offertes soit à une organisation qui milite pour la paix, soit pour une organisation caritative. Pour ce fait, le promoteur compte sur le soutien de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci) car ce projet selon lui est une opportunité pour ces communes de semer les graines de la paix afin d’éviter la survenue des crises. Il compte faire éditer les toiles sous forme de timbres municipaux de sorte qu’un cota soit prélevé sur la mise en vente des timbres pour pérenniser le projet.

« La paix n’a pas de prix. On peut faire l’économie de la guerre en investissant tout simplement dans la paix », a conclu Raymond Alex Loukou.

 

Irène COULIBALY