Suivez Nous

Le président rwandais ordonne la fermeture de plus de 6000 églises dans son pays

Danielle YESSO | | Société

Dans le cadre d’une politique de régulation des lieux de cultes, le président rwandais Paul Kagamé a ordonné la fermeture de 6000 églises et une centaine de mosquées. Une décision prise à la suite du nombre pléthorique d’édifices religieux, qui ne cesse de croitre dans le pays. Toutefois, cette décision suscite de grandes manifestations au sein du domaine religieux.

Pour Kagamé, son pays n’a pas besoin d’autant de lieux de cultes . Ce qui crée des frictions entre lui et les leaders religieux de son pays.

Ainsi pour Monseigneur Innocent Nzeyimana, président du Forum des églises du district de Nyarugenge, les autorités doivent laisser les églises ouvertes et les aider à enrayer les risques d’insécurité. Même si pour certaines personnes, cette décision du président Kagamé serait due au rôle  qu’ont joué certains responsables religieux dans le génocide de 1994.

A la suite de cela, six responsables religieux, parmi lesquels l’évêque Innocent Rugagi, ont été arrêté pour s’être opposés à la fermeture de plus de 700 églises dites non conformes aux règles d’hygiène et de sécurité récemment établies par le gouvernement.

La police rwandaise a déclaré qu’après la fermeture des églises non conformes aux règles, certains leaders religieux ont commencé à tenir des rencontres illégales pour protester et faire obstruction à la loi. Le porte-parole de la police, Theos Badege, souligne que la police a commencé à enquêter pour trouver les cerveaux derrière ces actes illégaux.

Les autorités rwandaises avaient annoncé que 714 églises et une mosquée devraient fermer à compter du 1er Mars dans Kigali, tant qu’elles ne seraient pas en conformité avec la loi.

Cette décision touche surtout les petites églises pentecôtistes qui ne rassemblent pas plus d’une centaine de fidèles.

 

Danielle YESSO