« Partenariat mondial pour l’Éducation » : la France promet des investissements et repart les poches pleines » Magazine 100%Culture
Suivez Nous

« Partenariat mondial pour l’Éducation » : la France promet des investissements et repart les poches pleines

Cyril Verb | | Société

Source photo: Banquemondiale.org

Rentrée des classes ce vendredi à Dakar, capitale du Sénégal. Au programme, la problématique du financement de l’éducation dans les pays en voie de développement. Cette troisième conférence internationale du « Partenariat mondial pour l’Éducation » a vu la participation de plusieurs Chefs d’État dont le Français Emmanuel Macron, coprésident des assises, avec son hôte Macky Sall.

Comme des TD (travaux dirigés), chacun devait y mettre du sien pour  rendre ce devoir de groupe. Les donateurs envisagent obtenir 3,1 milliards d’euros sur la période 2018-2020 pour soutenir l’éducation. La Commission Européenne promettait en décembre 2017 un soutien à hauteur de 287,5 millions d’euros. La France a doublé ce vendredi son apport initial en promettant créditer le fonds de 200 millions d’euros quand le Canada apporte 118 millions.

C’est la première visite officielle de Macron au Sénégal. Ce n’est un secret pour personne, le collège d’hommes d’affaires qui l’accompagne est assez fourni. Une coutume dans la coopération Nord-Sud souvent périlleuse pour les projets sociaux. Les businessmen ont donc profité pour ravir plusieurs marchés et signer des protocoles d’accords. La firme aéronautique Airbus doit livrer deux A330neo au Sénégal. Certainement pas pour le transport des élèves de ces zones enclavées du pays.

L’autre groupe français SNCFC-RATP n’est pas parti bredouille. Le groupement s’est vu concédé l’exploitation et la maintenance du futur Train express régional (TER). Un autre marché de ce type a été signé en Côte d’Ivoire essuyant de vives critiques face au fardeau des dettes qui s’enchaînent et à la pertinence de sa nécessité.

La chaîne d’hyper marché Auchan est quand à elle restée dans le contexte de son déplacement sénégalais, l’éducation. Le groupe s’engage avec un établissement privé locale pour la formation de ses futurs employés. Reste à constater l’impact de ce partenariat sur les TPE et PME dans l’agroalimentaire local dominé par un secteur informel tenu majoritairement par des parents d’élèves.

Les fonds  recueillis dans le cadre de cette troisième conférence  serviront à favoriser « l’éducation pour tous » dans  65 pays en voie de développement dont 39  africains, conformément aux objectifs du développement durable(ODD). Le nombre d’enfants non scolarisés est estimé à 264 millions. Cette année, l’accent sera mis sur la scolarisation de la jeune fille. D’après les données de l’Institut de la statistique de l’UNESCO, 15 millions de filles en âge d’aller à l’école primaire risquent de ne pas  être scolarisées, contre 10 millions de garçons. 9 millions d’enfants vivent déscolarisés en Afrique subsaharienne soit les deux tiers d’une ignorance enfantine qui soupire aux chevets de tant d’oreilles oligarques.

 

Cyril Verb

Mots-clefs : ,