Suivez Nous

MANIFESTATION DES GILETS JAUNES A PARIS : LA VIOLENCE ÉTAIT AU RENDEZ-VOUS

Irene COULIBALY | | Société

©crédit photo: DDM, Michel Viala
1200 Gilets jaunes ont défilé dans le centre-ville de Toulouse./

L’actualité qui mine la France ce samedi 24 novembre 2018, n’est pas très reluisante. Des gilets jaunes ont démonté les pavés, des barricades en flammes et aussi la presse mobilisée afin de faire vivre l’évènement au monde entier.

La manifestation des gilets jaunes qui avait été annoncée pour le samedi 24 novembre a effectivement eu lieu sur le Champ-De-Mars comme indiqué par le ministère de l’intérieur. Plusieurs milliers d’entre eux, se sont mobilisés pour « l’acte 2 » de leur protestation contre la hausse des carburants, et ont convergé vers l’avenue des Champs-Elysées à Paris. Cette manifestation s’est soldée par des heurts avec les forces de l’ordre.

L’autre raison avancée par la société est que les conditions de sécurité ne sont pas réunies. Des manifestations pacifiques ont été remarquées un peu partout en France, avec des opérations escargots ou péages gratuits notamment aux abords des péages et axes autoroutiers.

Arrivés par petits groupes en début de matinée, les manifestants avaient auparavant descendu l’avenue, chantant alternativement la Marseillaise et des slogans « Macron démission » ou « La police avec nous », en direction de la place de la Concorde. Cette place qui avait initialement été choisie mais interdite par les autorités pour des raisons de sécurités.

Un dispositif de 3.000 forces mobiles a été mobilisé pour boucler les abords de l’Élysée, la partie basse des Champs-Elysées, la Concorde, l’Assemblée nationale ainsi que Matignon, après que certains manifestants aient posé des actes de vandalismes. Les autorités redoutaient notamment que la situation leur échappe et ont donc procédées a des jets de gaz lacrymogène pour canaliser la foule.

La tour Eiffel a donc été fermée au grand public.

La SETE (société en charge de l’exploitation de la tour Eifel) avait toutefois précisé que tous les billets achetés en ligne pour une visite prévue samedi 24 novembre seraient remboursés automatiquement, sans difficultés aux clients.

 

Irène COULIBALY