Suivez Nous

Madagascar : Près de 10 000 fonctionnaires privés de leur salaire de décembre

Cyril Verb | | Société

Pilule amère. À Madagascar, près de 10 000 travailleurs de la Fonction publique  ont vu leur salaire du mois de décembre suspendu. Presque tous les secteurs sont concernés par la mesure: armée, santé, éducation, etc.

C’est une conséquence de  la lutte contre les fonctionnaires fictifs lancée par le gouvernement. Cependant,  les personnes affectées par cette suspension de salaire ne sont pas toutes   des fonctionnaires fictifs. Entre 2 000 et 4 000 personnes sont bel et bien en activité. Frappées par la sanction par erreur.

Le ministère des Finances et du budget à l’origine de la mesure de suspension a mis en place un logiciel informatique chargé de vérifier si les personnes inscrites comme fonctionnaires le sont vraiment. Le dispositif recense les noms des travailleurs en activité et raye de la liste ceux qui ne le sont pas.

Problème : le logiciel n’est pas encore maitrisé. Une erreur s’est donc glissée dans le processus.

Le gouvernement admet l’erreur.  En réponse, le ministre de la Fonction publique Jean de Dieu Maharante explique: « Nous sommes en train de régulariser la situation des fonctionnaires qui peuvent prouver qu’ils sont des employés réguliers. Seul bémol, « Cela sera fait d’ici le 31 décembre ».  Une échéance inconcevable pour  ces milliers de familles de fonctionnaires. Le salaire de décembre sert à la préparation des fêtes de fin d’année et l’épidémie de peste a appauvri les populations.

La déception et la colère sont palpables chez les fonctionnaires. La Solidarité syndicale de Madagascar – regroupe une soixantaine de syndicats – dénonce une  « suspension brutale des salaires et un manque de transparence de la part du ministère des Finances dans l’établissement des listes des agents de la Fonction publiques ». La plateforme syndicale  qualifie l’action des ministères concernés de « faute administrative grave ». Par conséquent, elle compte porter plainte contre le gouvernement. En attendant, elle devrons chercher, ailleurs, les finances pour les fêtes de fin d’année et les besoins quotidiens.

 

Cyril Verb