Suivez Nous

Ta Lou Marie Josée, la nouvelle égérie de la marque de voiture Renault

Jean Paul Tra Bi | | Société

C’est avec beaucoup de détermination et de dotation d’un genou endolori et d’acier que la sprinteuse ivoirienne Marie-Josée Ta Lou Marie Josée a hissé le dimanche 29 septembre 2019 la Côte d’Ivoire sur un podium de la finale des 100 M dames des 17es championnats du monde d’athlétisme à Doha en décrochant la médaille en bronze. Elle devient la nouvelle égérie de la marque de voiture Renault en Côte d’Ivoire après la signature d’un contrat de partenariat.

La championne d’Afrique et récente médaillée de Bronze au dernier champion du monde d’athlétisme à Doha s’identifie désormais comme un nouveau partenaire parmi les sponsors de Renault.

En effet, la sprinteuse ivoirienne âgée de 31 ans a signé un contrat avec la marque de voiture Renault dont elle sera la nouvelle égérie en Côte d’Ivoire. Vivement heureuse pour ce brassage, la championne d’Afrique n’hésite pas de partager cette excellente nouvelle avec ses abonnés sur les réseaux sociaux.

La « flèche » du sprint ivoirien n’a pas fait mieux que lors des mondiaux de 2017 à Londres où elle a fini vice-championne du monde au 100 et 200m (double médaille d’argent). Marie-Josée Ta Lou s’est contentée de la médaille de bronze aux 100m à Doha avec un chrono de 10.90. Ta Lou est arrivée derrière la Jamaïcaine Shelly Ann-Fraser sacrée 10.71 à Doha et la Britannique Asher Smith médaillée d’argent 10.83.

Pour l’athlète, cette médaille est la plus belle de sa carrière. « Je sais que je me suis entraînée pour ça, mais je sais aussi que ma saison n’a pas été fameuse comme je l’espérais. J’ai eu beaucoup de bobos. Il y a eu des hauts et des bas. Et là j’étais en forme pour venir chercher la médaille d’or, mais à la demi-finale j’ai ressenti un mal au niveau du genou comme toujours et au niveau du talon. Du coup j’ai couru comme une lionne. Cette nouvelle médaille vaut beaucoup parce que pour ceux qui sont proches de moi ils diront qu’elle est la plus belle de ma carrière. Car ils savent par quoi je suis passée, tous les sacrifices consentis et ce que j’ai enduré. Franchement, je dirai que c’est ma plus belle médaille. Avec la douleur encore à la finale, je trouve que c’est ma plus belle médaille », a déclaré Ta Lou.

On rappelle que cette médaille fera l’objet d’une carrière incontestée pour la sprinteuse ivoirienne aujourd’hui internationale.

 

Jean Paul TRA BI