Suivez Nous

Kaaris attaqué par un groupe de jeunes lors d’une virée à Cannes

Danielle YESSO | | Société

Dimanche 28 juin 2020, la virée du rappeur Kaaris, dans le sud de la France, plus précisément à Cannes, a tourné au cauchemar lorsqu’il a été pris à partie par un groupe de jeunes qui l’a insulté et caillassé.

Comme le rapporte 20 minutes, le rappeur a été pris à partie par un groupe de jeunes lors de son séjour à Cannes ce week-end. Ce dimanche 28 juin, Okou Gnakouri de son vrai nom a fait l’objet d’insultes et de jets de projectiles alors qu’il était à bord de son yacht. Une source policière a ainsi précisé au média que tout aurait dégénéré après une altercation entre le meilleur ennemi de Booba et un automobiliste. Une confrontation qui se serait déroulée plus tôt dans la journée, mais qui a donc provoqué une rixe.

“Alertés par ce conducteur, des habitants de Cannes seraient alors venus à la rencontre de Kaaris pour en découdre”, comme l’explique le quotidien. La voiture de luxe de Kaaris a également fait les frais des jeunes venus se venger. La vidéo de Kaaris, insulté et caillassé à bord de son yacht, a déjà fait le tour des réseaux sociaux. Sur ces images où volent des noms d’oiseaux et autres projectiles, on entend notamment des jeunes crier sur le quai du port : “T’es chez nous mon pote !” ou encore “Personne ne va faire la loi chez nous !”. Un jeune homme insulte également très violemment le rappeur en faisant le tour de sa voiture garée sur le quai. Selon 20 minutes, une enquête pour “violences réciproques” a été ouverte. Une situation qui a de quoi inquiéter Kaaris qui a déjà été condamné par la justice après sa bagarre à Orly avec Booba en août 2018.

Ils avaient ainsi écopé de 18 mois de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende pour “violences volontaires” et “vols en réunion”. Après avoir fait beaucoup dégâts notamment dans un magasin duty free, les deux stars, qui avaient également été placées en détention provisoire, avaient aussi été condamnées à payer 30 000 euros de “préjudice matériel” aux propriétaires de la boutique, ainsi que 15 000 euros au groupe Aéroports de Paris.

 

Danielle YESSO