Suivez Nous

Encore une journaliste assassinée en Europe !

Irene COULIBALY | | Société

La journaliste bulgare Viktoria Marinova.
© TVN.bg/Handout via Reuters

Victoria Marinova a été retrouvée morte samedi 6 Octobre 2018 à Roussé dans le nord de la Bulgarie. Elle avait présenté à la télévision son enquête sur le détournement de fonds de l’UE.

Agée de 30 ans, la journaliste présentatrice de la chaine régionale TVN a été sauvagement assassinée samedi. L’annonce de son décès a été rendue publique par l’agence privée Dnevink. Cet assassinat particulièrement macabre et le troisième dans un pays de l’UE. Frappée à la tête puis étranglée, le corps de la jeune femme a été retrouvée dans un parc de la ville de Roussé, comme annoncé par le procureur régional, Georgy Georgiev. Il a également ajouté que le téléphone portable, les clés de voiture, une partie des vêtements et les lunettes de la victime ont disparu sur les lieux du crime.

La victime a pu être identifiée grâce à ses initiales et à sa profession. Selon des sources policières, l’assassinat de la journaliste ne serait pas lié à sa profession. Mais le procureur de la république quant à lui n’exclus pas cette éventualité. Pour lui, cela pourrait être due à son travail d’investigation.

Victoria Marinova était journaliste d’investigation et présentatrice de sa propre émission « detector », qui a été pour la première fois diffusée le 30 septembre. Pour l’occasion, elle avait interviewé des confrères à savoir Dimitar Stoyanov du site d’investigation Bivol.bg et Attilia Biro, membre du projet de journaliste de recherche RISE Romania. Ceux-ci ont été arrêté le mois dernier alors qu’ils enquêtaient sur une affaire de corruption concernant une entreprise de construction de route privée.

Notons que la Bulgarie fait partie des pays les plus mal classés dans l’UE concernant la liberté de la presse. Le dernier classement établi par reporters sans frontière classe ce pays à la 111e place sur 180 pays. Et les journalistes d’investigation sont les plus visés par les menaces.

Le représentant pour la liberté des médias à l’OSCE, Harlem Desir a exprimé son dégoût sur twitter. Il a aussi demandé qu’une enquête sérieuse soit ouverte afin d’élucider le meurtre de Victoria Marinova.

 

Irène COULIBALY