Suivez Nous

Israël chasse ses migrants africains

Cyril Verb | | Société

Archives Web

L’État hébreux durcit sa politique migratoire. Le gouvernement a annoncé l’entrée en vigueur d’un programme contraignant les migrants africains à choisir entre l’expulsion ou la prison. La mesure concerne près de 40 000 migrants en situation irrégulière dans le pays.

Selon le Premier ministre Benjamin Netanyahu, l’objectif de ce projet est de « faire partir les migrants entrés illégalement » en Israël avant la fin du mois de mars. Sinon, ils seront emprisonnés pour une durée indéterminée.

Le départ « volontaire » avant cette échéance  donne droit à un accompagnement financier de l’ordre de 3 000 dollars. Alléchante somme, pourrait-on penser. Cependant, la majeure partie des migrants africains présents en Israël sont originaires de l’Érythrée ou du Soudan. Deux pays dont les régimes sont accusés de graves violences voire de  « crimes contre l’humanité » par l’ONU.

Signataire de la convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés, le gouvernement israélien ne peut en principe expulser les migrants vers leur pays d’origine si ce retour présente un risque pour leur intégrité physique. Devant cette contrainte, l’État hébreux décide de sous-traiter la gestion des migrants à des pays africains tels le Rwanda et l’Ouganda.

Israël annonce par ailleurs la fermeture des centres de rétention des migrants sous peu. Ainsi, ceux qui refuseront de quitter le pays seront envoyés en prison. Des mesures qui risquent de créer dans la région et dans les pays d’accueil des Libye bis ou pis.

 

Cyril Verb

Mots-clefs : , ,