Suivez Nous

Inde : Au cours d’un examen, des élèves d’un collège ont été priés de se mettre un carton sur la tête pour éviter de tricher

Arsene DOUBLE | | Société

En Inde, les fraudes massives lors des examens constituent une véritable gangrène pour le système éducatif. Le collège Bhagat, de la ville indienne de Haveri, dans l’État de Karnataka, demande ainsi à ses élèves, lors d’un examen de chimie, d’enfiler un carton sur leur tête pour éviter les yeux baladeurs, selon The Times of India.

« C’est en faisant des erreurs qu’on apprend », d’après un adage. Si peu d’apprenants partagent la maxime, nombreux sont ceux qui ne l’entendent pas de cette oreille. Pour ces derniers, il n’est pas question d’échouer à un examen. Tous les moyens sont bons pour réussir. S’offrent ainsi à eux plusieurs méthodes de triche, à savoir les réponses écrites sur le bras, le téléphone planqué sur les genoux, l’anti-sèche- méthode de fraude, qui consiste à rédiger un document à l’avance afin d’éviter de « sécher » sur un sujet et répondre correctement à une question lors d’un examen. Sans oublier le truc le plus vieux au monde : copier sur son voisin. Déterminé à lutter contre les fraudes massives lors des examens, le collège Bhagat, de la ville indienne de Haveri, dans l’État de Karnataka, prend des mesures drastiques.

Selon The Times of India, ledit collège demande à ses élèves d’enfiler un carton sur leurs têtes pour éviter les yeux baladeurs, mercredi 16 octobre, lors de l’examen de chimie. Les photos de cette salle d’examen, ayant fuitées et diffusées sur les réseaux sociaux, montrent des élèves assis dans une classe avec des cartons recouvrant leurs têtes. Pour leurs permettre de voir leurs copies et respirer, la face du carton côté visage est restée ouverte.

D’après le site d’information, quand le gouvernement de l’État où se trouve l’établissement a appris ce qui s’était passé, il a ordonné d’arrêter immédiatement cette pratique qualifiée d’«idée inhumaine».

L’un des directeurs de Bhagat, MB Sateesh a déclaré, à en croire le média, qu’il s’agissait «d’une expérience» pour empêcher les jeunes de copier sur leurs voisins. Il indique qu’ils avaient accepté d’y participer de leur plein gré.

« Nous avons instauré cette idée pour limiter la triche, pas pour harceler les étudiants. Il s’agit d’une simple expérimentation », s’est-il justifié.

Selon BBC, le directeur du collège a assuré que les élèves étaient « consentants ». La preuve, poursuit-il : « Vous pouvez voir sur les photos que certains étudiants n’en portaient pas [ des cartons]. D’autres les ont retirés au bout de quinze minutes, d’autres encore au bout de vingt minutes, et nous avons nous-même demandé à tout le monde de les enlever après une heure d’examen »

Le directeur a, tout de même, fini par s’excuser auprès des autorités du département de l’Éducation du district. Aussi, l’école a confié s’être inspirée d’une méthode qu’elle avait observée ailleurs -à Bombay, selon BBC. Ou peut-être au Mexique, où des photos d’une salle d’examen remplie d’étudiants à la tête de cartons avaient également fuité début septembre.

 

Arsène DOUBLE