Suivez Nous

Un « hommage national » sera rendu à Bernard Dadié, sur instruction du chef d’Etat ivoirien

Irene COULIBALY | | Société

Un hommage national sera rendu à l’homme des lettres et centenaire ivoirien Bernard Binlin Dadié, décédé samedi 9 mars. L’annonce a été faite par le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou, sous instruction du chef d’Etat ivoirien.

4 jours après avoir quitté le monde des vivants, le gouvernement ivoirien prévoit rendre un hommage national à l’illustre écrivain ivoirien Bernard Binlin Dadié. Cette décision a été prise sous instruction du chef d’Etat ivoirien en liaison avec la famille du disparu et les acteurs du monde de la Culture, pour saluer sa mémoire car l’homme a été un modèle de vie et un symbole pour les générations qui lui ont succédées jusqu’aujourd’hui.

Selon le ministre Maurice Bandama par ailleurs écrivain, avec la disparition de Bernard Dadié, le continent africain perd un défenseur passionné des libertés individuelles et collectives dont les écrits et l’action politique sont un grand chant d’amour lancé au monde depuis la Côte d’Ivoire. « c’est un exemple d’auteur tout à la fois prolixe et de haute veine qui a hissé haut le pavois de nos Belles-Lettres » a-t-il ajouté.

considéré comme le père de la littérature ivoirienne, Bernard Binlin Dadié, était écrivain, nouvelliste, dramaturge et poète. Il a notamment écrit plusieurs œuvres dont des chroniques (Un nègre à Paris, la ville où nul ne meurt), des nouvelles (Pagne noir, les jambes du fils de Dieu), des Romans (Climbié) et a été ministre de la culture de Côte d’Ivoire de 1977 à 1986 sous le régime du parti unique.

Dadié est né en 1916 à Assinie dans le sud de la Côte d’Ivoire et a tiré sa révérence le samedi 9 mars alors âgé de 103 ans. L’homme de lettres était très engagé dans la lutte anticoloniale d’où l’hommage qui lui sera rendu dans les prochain jours.

 

Irène COULIBALY