Suivez Nous

La Grande-Bretagne compte désormais au sein de l’effectif de ses enseignants une femme africaine

Irene COULIBALY | | Société

©Olivette Otele, première professeure d’histoire noire en Grande-Bretagne

Professeure Olivette Otele, spécialiste de l’histoire coloniale et post-coloniale a désormais un nouveau poste. Elle a annoncé sur son compte twitter qu’elle a été nommée professeur dans une université en Grande-Bretagne.

L’historienne camerounaise a été nommée il y a peu professeur par l’université britannique Bath Spa où elle est la présidente d’une chaîne d’histoire. Pleine de fiertés, elle espère que son nouveau poste permettra aux femmes travailleuses plus particulièrement aux africaines d’accéder au monde universitaire.

Olivette Otele est la première femme noire historienne au Royaume-Uni, déclare le magazine History Today. Avant cela, elle était professeure agrégée à l’université Paris XIII. Titulaire d’un doctorat à l’université la Sorbonne de Paris, les détails de son parcourt sont disponibles sur la page officielle de son université.

Ses recherches portent sur l’histoire, la mémoire, la mémorisation et la politique en relation avec l’esclavage transatlantique. Généralement, elle travaille sur des personnes d’ascendances africaines, l’identité, la race et la cohésion sociale en Grande-Bretagne et en France. Elle est aussi auteur de plusieurs publications dont ‘’Ouganda et l’armée de résistance du seigneur ou les implications politiques et religieuses d’une guerre sainte en Afrique noire (2006)’’, ‘’dépendance, pouvoir et identité ou les ambigüités de la camerounicité’’.

Olivette Otele a affirmé parler le français, l’anglais, un peu d’allemand et trois langues camerounaises : ewondo, eton, butu. Elle aurait aimé connaitre Anna Julia Cooper, une enseignante et activiste afro-américaine.

C’est un modèle et une inspiration pour toutes les femmes africaines.

 

Irène COULIBALY