Suivez Nous

La France met fin au parcours de la Belgique et se qualifie pour la finale de la coupe du monde 2018

Innocent KONAN | | Société

ILS L’ONT FAIT ! – Les Bleus se qualifient pour la finale de la Coupe du monde grâce à leur victoire face à la Belgique ce mardi (1-0) sur un but signé Samuel Umtiti en seconde période. Ce fut tendu, ce fut stressant, mais la finale est là. Que du bonheur !

Toutes les bonnes choses ont une fin. Mais, quitte à profiter, autant qu’elle soit la plus tardive possible. Pour les Bleus et leur épopée mondiale, ce sera donc à Moscou dimanche prochain. Quoiqu’il arrive. Car l’équipe de France est en finale du Mondial russe. En finale après 1998 et 2006, les Tricolores touchent à nouveau du doigt leur rêve après leur victoire au forceps face à une Belgique qui aura vendu chèrement sa peau (1-0) à Saint-Pétersbourg. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. Les Bleus connaîtront celle d’un rendez-vous final de Coupe du monde. Avec tout un pays derrière eux. Ce 15 juillet était noté au calendrier de la troupe de Didier Deschamps. Ils peuvent maintenant la cocher.

 Dans ce match ouvert et plaisant, il aura fallu plus de 50 minutes pour assister à l’ouverture du score. Car si les deux équipes n’ont pas été en réussite en première période, c’est grâce aux gardiens adverses parfois aidés de leurs défenseurs. Les Belges ont ainsi continuellement buté sur la défense française. Quand Hugo Lloris ne déviait pas une superbe frappe de Toby Alderweireld (22e) après un corner belge, c’est Raphaël Varane qui le suppléait devant sa ligne pour dévier une tentative d’Eden Hazard qui prenait le chemin des filets (19e).

C’est finalement Samuel Umtiti, qui est venu tromper la défense belge, sur un corner consécutif à une frappe d’Olivier Giroud déviée par Vincent Kompany. Le défenseur français est venu couper le corner d’Antoine Griezmann au premier poteau devant Marouane Fellaini, pourtant le meilleur joueur de la tête sur le terrain, pour tromper Thibaut Courtois et permettre aux Français de mener 1 à 0 (51e). Coupable, le Belge s’est tenu la tête dans les mains de longs instants, pendant que le Français célébrait le but avec ses coéquipiers.

Avant le match, Lucas Hernandez avait promis de voir « onze chiens » sur le terrain. Il n’avait pas menti. Face aux individualités belges, les Bleus ont répondu collectif et dépassement de fonction. Pas inspirés devant, Griezmann et Giroud ont été ultra-précieux défensivement, tout comme la paire Pogba-Kanté, encore royale.

Lloris a bien sûr eu des poussées de chaleur (64e, 65e, 88e) mais n’a jamais eu à ressortir ses habits de super héros. Hyper cohérents tactiquement, ces Bleus n’ont offert que peu de munitions aux mitraillettes belges. Mieux, c’est eux qui ont eu les meilleures occasions de conclure mais Courtois a dégoûté tour à tour Griezmann (90+3e) et Tolisso (90+6e). Alors, il a fallu tenir. Sans paniquer.

Les Bleus l’ont fait. Dimanche, dans le magnifique écrin du stade Loujniki, la génération 2018 a l’occasion, 20 ans après, d’écrire ses lettres d’or dans le livre d’histoire du football français. Toutes les bonnes ont une fin. Autant qu’elle soit la plus tardive. Mais surtout la plus belle. Couleur or.

 

Innocent KONAN