Suivez Nous

Le Franc CFA, un frein au développement de l’Afrique

Arsene DOUBLE | | Société

© Des billets en francs CFA . Crédit Photo: ISSOUF SANOGO

Le vice président du conseil des ministres italien et dirigeant du mouvement cinq étoile(M5S), Luigi Di Maio, n’est pas le premier à voir d’un mauvais œil le Franc CFA. Déjà, les souverainistes de la question monétaire, dont Kako Nukpo, Demba Moussa Dembélé et Martial Ze Belinga, pensaient qu’il était temps de s’en défaire.

Le franc CFA, quelle idée ? « C’est un frein au développement », estime, l’économiste sénégalais, Demba Moussa Dembélé, farouche adversaire au franc CFA. Dans leur ouvrage collectif, « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA… », parut en novembre 2016, les souverainistes de la question monétaire, Kako Nukpo, Demba Moussa Dembélé et Martial Ze Belinga dénoncent le contrôle de la monnaie, le Franc CFA, par la Banque Centrale Européenne (BCE) et le mal que constitue le Franc CFA pour la souveraineté des Etats africains.

 « La priorité de la BCE (Banque Centrale Européenne) est de combattre l’inflation et la Banque africaine de l’Afrique de l’Ouest est obligée de suivre la même politique », explique l’économiste sénégalais, Demba Moussa.

 A cause de la priorité de la BCE (Banque Centrale Européenne), poursuit-il, la Banque Africaine « accorde moins de crédit aux entreprises locales et aux Etats Africains. » Or, on sait que les entreprises ont besoin d’argents pour se développer et l’Afrique en manque.

Selon, ce détracteur sénégalais du franc CFA « cette politique monétaire empêche toute politique d’industrialisation. »

L’économiste, Demba Moussa Dembélé et ses compagnons, soulignent, également, dans l’ouvrage, que la Franc CFA met en mal la souveraineté des pays africains. Aussi, la souveraineté d’un pays nécessite-t-elle une monnaie propre. « Le Franc CFA est un symbole de la servitude et constitue un obstacle à la souveraineté des pays de l’Afrique », avancent-t-ils. Et de poursuivre : « Chaque pays qui accède à sa souveraineté créé sa monnaie, son hymne et son drapeau. Mais pour les pays de l’Afrique, c’est la France qui garde toujours le contrôle de la monnaie, permettant aux entreprises françaises d’investir en Afrique sans avoir à payer des taxes liées au change. »

Mais, rejetant toutes ces critiques, les défenseurs du Francs CFA, dont les présidents sénégalais Macky Sall et ivoirien Alassane Ouattara, et le Gouverneur de la BCEAO, Tiémolo Meyliet Koné, mettent en avant les avantages du Francs CFA. « Le fait que cette monnaie soit arrimée à l’Euro avec une partie fixe, garantit une relative stabilité des prix et limite le risque d’inflation en de choc économique. », avait affirmé le Gouverneur de la BCEAO.

 

Arsène DOUBLE