Suivez Nous

Fin de parcours du plus grand criminel du Pays-Bas : Willem Holleeder, alias « Le Nez »

Arsene DOUBLE | | Société

Jeudi 04 juillet, Willem Holleeder, criminel de renom du Pays-Bas, alias « Le Nez », en raison de la taille de son appendice nasal, a été condamné à la perpétuité. Devenu célèbre suite au kidnapping du magnat de la célèbre marque de bière néerlandaise Freddy Heineken en 1983, il est accusé d’avoir commandité cinq meurtres, dont son bras-droit et beau-frère Cor van Hout en 2003.

D’un crime peut-il sortir une célébrité ? Si oui, il s’agirait alors des crimes les plus audacieux teintés d’une témérité déconcertante. Originaire du Pays-Bas, Willem Holleeder, surnommé « Le Nez », incarne l’âme d’un redoutable criminel. En 1983, il s’est rendu célèbre en enlevant le magnat de la célèbre marque de bière néerlandaise, Freddy Heineken. Arrêté en 1984, il est condamné à 11 ans de prison puis libéré en 1993. Une fois sortie de prison, « Le Nez » devient très populaire, mais l’homme est loin d’abandonner son habit de tueur.

Dans les années 2000, Willem Holleeder va commanditer cinq meurtres, dont celui du criminel Sam Klepper, du promoteur immobilier Willem Endstra, du trafiquant de drogue Kees Houtman, du propriétaire du bar Thomas van der Bjil. Et même l’assassinat de son meilleur ami criminel et beau-frère Cor van Hout, abattu devant un restaurant d’Amsterdam en 2003. C’est la mort de ce dernier qui a d’ailleurs poussé ses deux sœurs, Astrid et Sonja Holleeder- femme de van Hout- à témoigner contre lui lors de son procès.

Tous ces meurtres lui vaudront une condamnation à la perpétuité jeudi 4 juillet 2019. Une peine prononcée par le juge du tribunal d’Amsterdam, qui a déclaré que la vie d’Holleeder était «régie par la cupidité, la soif de pouvoir et la violence». Une «cupidité» qui l’a poussée, il y a 36 ans, à enlever Freddy Heineken, petit-fils du fondateur de la célèbre marque de bière néerlandaise.

 

« Le Nez », un criminel câlin et adulé du Pays Bas

En 1993, il venait de purger sa peine de prison de 11 ans suite à l’enlèvement de Freddy Heineken et son chauffeur. Kidnapping qui a valu à son gang, composé de cinq malfrats puis dirigé par son beau frère Cor van Hout, une rançon de 35 millions de florins néerlandais, soit environ 15,8 millions. Depuis sa libération, « Le Nez » ne fait que parler de lui.

Il fait la une des medias néerlandais via des interviews dans des émissions de télévision. Le “prétendu ex-criminel” va même tenir une chronique dans un magazine populaire, et une société touristique a même organisé un «Holleeder Tour», qui retraçait son parcours de criminel. Il pose régulièrement pour des selfies sur des terrasses d’Amsterdam, et obtient un timbre à son effigie en 2007. L’enlèvement de Heineken a même donné lieu à un film en 2015, «Kidnapping Mr Heineken», avec Anthony Hopkins dans le rôle-titre.

En 2016, Astrid, sœur et ennemi de Willem Holleeder, qui a porté à la justice en 2014 des enregistrements secrets de conversations qu’elle avait eues avec le «Nez», obtenus sur plusieurs mois grâce au soutien de deux magistrates et d’un journaliste, publie « Judas », un livre dans lequel elle raconte son histoire.

«Je vis avec la peur qu’on me tire dessus (…) Je sais qu’ils finiront par avoir ma peau», écrit-elle. Et de continuer: “Dans la rue, les passants l’arrêtaient [ndlr, pour le saluer et être photographiés à ses côtés. C’est un excellent communicant, il sait se rendre aimable”. Aux Pays-Bas, on appelle cela un « knuffelcrimineel » : « un criminel câlin». Le troisième livre d’Astrid Holleeder, intitulé « Familiegheimen » et qui portera sur son frère, est en vente depuis vendredi 5 juillet.

«Mon frère avait tué Cor (Van Hout). Nous avons fait tout cela pour Cor», déclare Sonja, très soulagé avec sa sœur Astrid, à l’annonce du verdict ce jeudi, selon le site d’information néerlandais nu.nl.

 

Arsène DOUBLE