Suivez Nous

CRISE AU BURIDA

Irene COULIBALY | | Société

©Ph DR

Le bureau ivoirien du droit d’auteur (BURIDA) est depuis plusieurs mois secoué par des crises. Les plaintes des artistes dénonçant des fraudes commises par la directrice générale Irène Viera abondent dans les médias locaux et sur les réseaux sociaux.

L’histoire du BURIDA est fortement marqué par des crises cette année. Les plaintes, les démissions et les accusations contre cette institution censée contribuer au bien-être des artistes sont légions. La directrice est la principale accusée.

Récemment, l’artiste Fadal Dey, ex secrétaire de l’institution a encore pointé du doigt la gestion de Mme Irène Vieira, directrice et le ministre de la culture et de la francophonie, Maurice Kouakou Bandama. Selon lui « Le fond de soutien à la culture (FSC), fond qui revient à l’état de Côte d’Ivoire », devrait normalement entrer dans les caisses de l’Etat pour les bénéficiaires. Mais sous ordre du ministre de la culture et de la francophonie, ce fond a changé de destination et est encaissé par un tiers au nom du ministère, qui avance vouloir éviter les lourdes procédures de décaissement. Sur sa page Facebook l’artiste donne les détails de ses accusations.

Avant cela, il avait dénoncé une succession de fraude orchestrée par la directrice et le ministre. Il les accuse de décaissement de plusieurs millions de francs pour des activités qui n’ont jamais vu le jour et dont aucun bilan n’a été présenté.

Sans compter que dans plusieurs reportages de la RTI première chaine ivoirienne, les artistes ne faisaient que se plaindre. Ils disaient ne pas bénéficier des fruits de leurs efforts ou qu’ils percevaient des sommes modiques pour le travail qu’ils abattent. De l’autre côté madame Viera est restée très peu bavarde sur le sujet. Mais a assuré toujours travailler pour le bien-être des artistes de côte d’Ivoire et demande à ceux-ci de ne pas se laisser manipuler.

Toujours est-il que les artistes ne sont pas satisfaits et les tensions restent encore très vive au sein du BURIDA.

 

Irène COULIBALY