Suivez Nous

COTE D’IVOIRE : LE QUOTIDIEN PRO-GOUVERNEMENTAL, FRATERNITÉ MATIN, AU CŒUR D’UN AUDIT.

Djibo B. AMADOU | | Société

©Venance Konan, DG de Fraternité matin

Le  licenciement massif  des  123  agents  du quotidien  Fraternité  Matin continue d’épater  les esprits  avec  ses  corollaires.  Un  audit  pointe  la gestion  du  directeur  général. 

Selon le résultat d’un audit accablant : « La mauvaise gestion est à l’origine de la crise qui secoue le quotidien Fraternité Matin ». En effet,  plusieurs anomalies dont l’absence de management, de manuel de procédures  et de gestion au mépris des orientations stratégiques sont autant d’indicateurs rouges qui ont fait couler le premier quotidien Ivoirien. L’audit va plus loin en pointant du doigt la gestion du directeur général, Venance Konan.

Quant à la SNPECI (société nouvelle de presse et d’édition de Côte d’Ivoire), de nombreux dysfonctionnements ont été dénichés. En l’occurrence l’inefficacité de la coordination des activités, des directions, départements et services ; le déficit de communication interne ; l’absence d’un manuel de procédures et bien d’autres.

De plus, la structure financière de la SNPECI est déséquilibrée, fin 2015 les fonds propres se situent à 1 milliard FCFA contre un niveau de  9 milliards en raison des pertes. Le fonds de roulement (FR) subit le même sort calamiteux, passant de -965 millions de FCFA en 2012 à -3,6 milliards de FCFA en 2015. Ainsi, cette enquête a permis de lever le voile sur les zones d’ombres qui camouflaient la clarté de cette crise.

Depuis le début de cette guéguerre qui oppose la direction générale aux 123 employés licenciés, certains observateurs  ont dénoncé  la  mauvaise gestion des ressources comme étant le nœud du conflit. Des mauvaises langues évoquent l’hypothèse d’un règlement de compte politique. Le temps étant le meilleur témoin de toute chose, sans doute, les jours à venir nous serons au diapason de la vérité.

 

Djibo B. Amadou