Suivez Nous

Côte d’Ivoire : l’État veut protéger l’appellation “attiéké” de la contrefaçon

Djibo B. AMADOU | | Société

L’attiéké est un mets ivoirien fait à base du manioc. Ces dernières années, la concurrence déloyale de certains pays menace sa survie sur le marché international.

La Côte d’ivoire veut protéger l’appellation “attiéké”. Le mercredi 3 août dernier lors d’un conseil des ministres, le gouvernement a donné son approbation. L’initiative vise à protéger la marque de la concurrence internationale. En effet, depuis quelques années certains pays de la sous région et d’ailleurs commercialisent leurs produits sous la même appellation ; c’est une supercherie car l’attiéké ivoirien est unique au monde de par sa qualité. Et chaque année, la Côte d’Ivoire exporte des milliers de tonnes dans les pays d’Afrique de l’ouest et en Europe.

En terre ivoirienne, chaque groupe ethnique s’est démarqué par une spécialité culinaire, l’attiéké est celle des peuples lagunaires. La grande production se fait de façon archaïque mais quelques unités de production essaient de moderniser le processus de fabrication. Il en existe plusieurs qualités dont la plus convoitée est “l’Agodiamah”, l’attiéké gros grain.

Depuis la volonté politique d’Abidjan de promouvoir le tourisme, l’inclusion de l’attiéké dans cette politique serait la bienvenue. Le financement des PME permettra de décloisonner les chaînes de valeur du secteur.

 

Djibo B. AMADOU